Etude d’AfroBarometer: 51% des sondés ne veulent pas d'un homosexuel comme voisin

Avec le soutien de
Amédée Darga, Managing Director de StraConsult estime que les Mauriciens sont moins tolérants envers les sidéens parce qu’ils sont souvent associés à la drogue.

Amédée Darga, Managing Director de StraConsult estime que les Mauriciens sont moins tolérants envers les sidéens parce qu’ils sont souvent associés à la drogue.

Selon une étude d’AfroBarometer, plus de 51% des personnes interrogées n’aimeraient pas avoir des homosexuels comme voisins. Les résultats de cette étude réalisée par la compagnie StraConsult ont été dévoilés à la Blue Tower, à Ebène, le jeudi 30 avril. 

Cette enquête menée auprès de 1 200 personnes révèle aussi que 46% d’entre elles ne veulent pas que des gens atteints du sida vivent dans leur voisinage. «Ces éléments portent sur la psychologie et la sociologie des Mauriciens sur leur relation avec les autres», a expliqué Amédée Darga, Managing Director de StraConsult.

Cohabitation entre les religions

Le constat est autre en ce qu’il s’agit de la cohabitation entre personnes de différentes religions. 68% des sondés n’y voient aucun inconvénient.

56% de personnes interrogées sont, elles, autant attachées à leur ethnicité qu’à leur identité nationale. Seules 23% disent faire fi de leur ethnicité et se considèrent comme Mauriciens avant tout.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x