Handball - Match amical face à St-Gilles - Maurice en quête de rachat !

Avec le soutien de

En un mois et demi, les Mauriciens ont joué quatre fois face à St-Gilles. L’enjeu de ce soir est de savoir qui prendra le dessus sur l’autre.

Battue par l’Association Sportive de St-Gilles samedi soir sur le score de 24 à 21, la sélection nationale aborde le match de ce soir avec un unique objectif : celui d’en sortir vainqueur !


« Nous n’avons véritablement joué que les dix dernières minutes ». Analyse du Directeur Technique National (DTN), Dominique Filleul à l’issue de la défaite des siens face aux Réunionnais de St-Gilles samedi soir. Une défaite causée par une combinaison de plusieurs facteurs. Dont le principal était incontestablement les absences de Damien Lauret, de Pascal Arokeum et de Jean Noël Lagarde. Corollaire, le rendement collectif, chose qui était, d’ailleurs, une des préoccupations de Dominique Filleul, s’en est effectivement vu affecter.


Ainsi, l’harmonisation dans les déplacements et les combinaisons lors des offensives mauriciennes ont fait défaut. Avec, en plus, certains joueurs qui n’étaient définitivement pas dans leur meilleur jour. A l’exemple de Jean-François Lamarque qui est passé complètement à côté de son match. Ou de David Malié - qui a obtenu une dérogation pour rejoindre la sélection malgré le fait d’être sous le coup d’une suspension – mais qui a besoin de temps de jeu pour retrouver ses automatismes. Le tout combiné et avec en parallèle une équipe de St-Gilles formidablement bien organisée et très rapide en contre, menaient notre sélection inexorablement vers la défaite.


Selon Dominique Filleul, ses joueurs ont fauté par manque de rapidité dans la construction du jeu aussi. « Nous ne sommes pas une équipe qui soit capable de temporiser le jeu. Du moins, pas encore. Il nous faut pousser vers l’avant. Chose que nous n’avons hélas fait que dans les dix dernières minutes de la rencontre », dit-il. Cette stratégie d’aller vers l’avant rapidement permit aux Mauriciens de combler une partie de leur retard (nous étions menés par huit buts au milieu de la deuxième période) pour terminer la partie avec un déficit des trois buts.


Pour ce soir, Dominique Filleul continuera à faire tourner son effectif, « histoire de donner du temps de temps à chacun afin qu’ils soient en confiance », dit-il. Mais il s’attend à plus d’application de leur part.  
Une victoire ce soir passe donc par une constance au niveau de l’efficacité et de la cohésion.



Stage préparatoire à la Réunion du 13 au 17 mai



Initialement, la destination prévue était l’Hexagone mais pour diverses raisons, c’est finalement à la Réunion que se rendront en stage nos locaux. Un changement aux effets minimes, selon Dominique Filleul, dans le sens que « la Réunion a un excellent niveau ».


Ainsi, durant leur séjour, garçons et filles joueront un match quotidiennement. « Pour moi, l’idéal serait de d’avoir deux matchs par jour. On négocie mais si on ne trouve pas suffisamment d’équipes, alors chaque journée comportera un match et deux séances d’entraînement », affirme le DTN. Jusqu’ici, confirmation a été reçue de quatre équipes pour des test-matches, notamment St- Gilles, La Cressonnière, Lasours et Tampon.


L’entrée dans une phase de préparation intensive précèdera ce stage. D’ici peu, les entraînements des deux sélections nationales passeront de trois à cinq séances par semaine. « Les mardis et les jeudis seront consacrés à la préparation physique, laquelle sera assurée par Stéphane Buckland ». Ce changement dans le rythme d’entraînement n’attend que l’item du transport soit réglé pour être implémenté. « Il nous faut nous mettre dans les conditions optimales pour aborder les JIOI. L’efficacité est la seule manière de remercier tous ceux qui ont investi pour nous permettre d’avoir un programme préparatoire digne de ce nom », souligne le DTN.


Est prévu vers la fin du mois de juin ou début juillet la tenue, en masculin comme en féminin,  un tournoi international. Usant de ces contacts, Anitha Grapinet a séduit et les dirigeants de la Guinée et ceux du Congo avec le projet. Il est fort probable qu’une équipe française se joigne à la liste des participants.
Le calendrier des Mauriciens pourrait éventuellement prendre fin mi-juillet avec la tenue d’un stage animé par Alain Porte. C’est toujours Anitha Grapinet qui négocie et il ressort que le sélectionneur de l’équipe féminine française est très intéressé à faire le saut chez nous.
 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires