Une femme enceinte meurt brûlée: les proches parlent de «zones d’ombre»

Avec le soutien de
Nazirah Hossenbux, âgée de 37 ans, est décédée ce samedi 18 avril, après 19 jours à l’hôpital.

Nazirah Hossenbux, âgée de 37 ans, est décédée ce samedi 18 avril, après 19 jours à l’hôpital.

Noorudin Oduruth affirme que son épouse, qui était enceinte de neuf mois, s’est immolée par le feu. Mais les proches de la jeune femme, décédée le samedi 18 avril après 19 jours à l’hôpital, rejettent catégoriquement la thèse du suicide. Ils estiment que Nazirah Hossenbux, 37 ans, aurait été incapable d’attenter à sa vie. Ils font état de zones d’ombre.

Sur quoi se basent-ils ? L’un d’eux avance que la précédente femme de Noorudin Oduruth avait déjà été admise pour avoir ingurgité de l’eau de Javel. Ce qui ferait, dit-il, trop de coïncidences.

Réussite professionnelle

Nazirah Hossenbux avait deux enfants âgés de 14 et 17 ans qui sont nés d’une précédente union. Elle était propriétaire d’un magasin. Bien que son premier mariage n’ait pas marché, ses proches s’accordent à dire qu’elle avait réussi professionnellement. Selon eux, elle avait matière à être heureuse.

Sauf qu’ils émettent quelques doutes sur la vie que cette habitante de Phoenix menait aux côtés de son mari. C’est à travers Facebook que tous deux se sont revus, il y a un an. Ils se connaissaient déjà, vu que Noorudin Oduruth avait contracté un nikkah avec la cousine de la jeune femme, il y a quelques années. Or, cette union n’avait pas marché.

«Enn zour nou finn koné ki fam la inn admet lopital parski linn bwar zavel. Ziska ler pa koné si li kinn bwar sa ou inn fors li pou bwar sa», explique un des proches.

Union mal vue par la famille

De leur côté, des voisins de Nazirah Hossenbux affirment que Noorudin Oduruth était un homme violent qui tabassait cette dernière. Les proches de la jeune femme avaient maintes fois tenté de la ramener à la raison. Mais elle avait dès lors décidé de rompre tout contact avec eux.

Une séparation qui affectait beaucoup le père, raconte un des leurs. «Il avait fini par pardonner à sa fille et il lui rendait de temps en temps visite, sans faire attention à son gendre.» Les parents de la trentenaire ne voyaient pas d’un très bon oeil l’union entre la jeune femme et son époux. «Linn embobinn Nazirah pou so kas.»

Des allégations que Noorudin Oduruth balaie d’un revers de la main. «Je travaillais comme poseur de granite et je remettais mon salaire à ma femme car elle avait des problèmes financiers», soutient-il.

«Elle entendait des voix…»

Ces derniers temps, allègue-t-il, sa femme était très nerveuse. «Elle entendait des voix, des pleurs, des bruits de pas dans la maison. Elle pensait que ses proches lui voulaient du mal.» Selon lui, c’est une des raisons qui aurait pu pousser sa femme à s’immoler.

La police de Phoenix a ouvert une enquête pour faire la lumière sur cette affaire. C’est le 25 mars que Noorudin Oduruth a fait une déposition à la police pour indiquer que sa femme avait tenté de se suicider. Nazirah Hossenbux n’avait, quant à elle, pas pu donner sa version. Son mari avait affirmé que l’incident s’était produit en son absence et après une dispute.

Enceinte de neuf mois, la jeune femme a accouché d’un bébé mort-né. Si ses proches espéraient qu’elle se remette, elle est décédée après 19 jours à l’hôpital. Ses obsèques ont eu lieu samedi.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires