Affaire BAI: le PTr compte poursuivre le gouvernement et tous les régulateurs financiers

Avec le soutien de
Arvin Boolell a fait taire la rumeur : le PTr ne sera pas absent des municipales cette année. La campagne a déjà été lancée.

Arvin Boolell a fait taire la rumeur : le PTr ne sera pas absent des municipales cette année. La campagne a déjà été lancée. 

La Financial Services Commission, la Stock Exchange Commission, la Banque de Maurice, le Financial Reporting Council, le gouvernement… Autant d’institutions auxquelles le PTr va demander des comptes par rapport à l’affaire BAI, a annoncé Arvin Boolell ce mercredi 15 avril. Il animait une conférence de presse à la suite de la réunion du bureau politique du parti.
 
Les rouges estiment en effet que ce dossier a été très mal géré par les organismes de contrôle financier, mais aussi par le gouvernement actuel. Le porte-parole du PTr soutient que celui-ci se lave les mains et est insensible au sort des détenteurs du Super Cash Back Gold. Le parti fera tout pour que l’Etat respecte ses engagements envers ces derniers et les employés du groupe BAI. Le porte-parole a une nouvelle fois utilisé le terme «gouvernement Ponzi».

Les rouges aux municipales

Arvin Boolell a également annoncé que le PTr participera bel et bien aux prochaines élections municipales, et que des candidats rouges seront alignés dans les cinq villes. Il y avait quelques doutes au PTr par rapport à la participation à ces élections, mais ils ont été balayés par une décision unanime du bureau politique. 
 
«Beaucoup de jeunes ont exprimé leur désir d’être candidats», a souligné Arvin Boolell. Cinq comités ont été mis sur pied pour étudier les demandes de candidatures, a-t-il précisé. Selon lui, c’est avec un «grand enthousiasme» que les équipes rouges ont commencé à «travailler d’arrache-pied» pour ces élections. 
 
L’objectif du PTr pour ce suffrage, a révélé le porte-parole, sera de «maintenir et de consolider» ses assises sur les municipalités. 

Explications de Shakeel Mohamed

Le BP de ce mercredi a également été l’occasion pour Shakeel Mohamed de s’expliquer sur sa récente prise de position contre le leadership de Navin Ramgoolam. «Chacun a expliqué sa position, comme cela se fait dans chaque famille. Personne n’a eu à donner beaucoup plus de justifications, les explications étaient claires et nettes», a déclaré le député, qui a dû s’excuser avant la fin du BP pour se rendre au Parlement. 
 
Shakeel Mohamed a précisé qu’il maintient sa position : pour lui, l’exclusion de Navin Ramgoolam du poste de leader serait dans «l’intérêt du parti». D’autres au PTr ne partagent pas sa vision, mais cela ne risque pas de causer une scission, pense-t-il : «Nous pouvons avoir des divergences, mais nous respectons l’opinion de chacun.»

Publicité
Publicité

Le coup de grâce a été donné à 00 h 45, vendredi 3 avril. Dans un communiqué, la Banque de Maurice  indique que le permis d’opération de la Bramer Bank est suspendu pour non-respect des pratiques bancaires, entre autres. Depuis, les conférences de presse se sont enchaînées et les questions n'ont cessé de surgir. Zoom sur cette affaire présentée comme une crise sans précédent pour le pays par le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires