Angleterre - 32e journée: un derby de Manchester qui va simplifier les choses

Avec le soutien de

United et City, au coude à coude avant le derby de Manchester ce dimanche 12 avril lors de la 32e journée, n'ont plus droit à l'erreur car un éventuel perdant se retrouverait quasi-éliminé de la course au podium.
 
Les deux rivaux se tiennent actuellement en un point (62 contre 61) avec un avantage pour les Red Devils (3) qui ont profité de la glissade de deux places des Citizens (4) il y a une semaine pour les doubler.
 
Autant dire que l'équipe de Manuel Pellegrini, dauphin le plus clair de la saison, a le couteau sous la gorge avant le court mais brûlant déplacement à Old Trafford. Une 2e défaite d'affilée alors que City vient déjà de perdre cinq fois en sept sorties enterrerait les derniers espoirs du club et mettrait sous énorme pression son entraîneur chilien.
 
"Ma situation personnelle ne me préoccupe pas, assure pourtant celui-ci. Même au milieu d'une saison compliquée, cela ne compte jamais". 
 
Peu habitué à faire rire, celui-ci continue même de parler du titre, alors que Chelsea est à neuf points avec un match en moins. "Chaque point perdu en route complique la tâche", reconnaît-il à peine.
 
Bizarrement alors qu'elle apparaît en fin de cycle, son équipe est pourtant en mesure d'entrer dans l'histoire du derby en décrochant une 5e victoire d'affilée contre Manchester United.
 
"On veut remettre les choses à l'endroit, prévient pourtant Ashley Young après quatre défaites en deux ans. On veut aussi conserver la bonne dynamique actuelle".
 
Repassé en 4-3-3, la formation de Louis van Gaal est en effet nettement plus séduisante et équilibrée ces derniers temps, même si sa défense intrigue encore.
 
Les Red Devils viennent ainsi de prendre 15 points sur 15 et n'ont perdu qu'un match sur dix matches en championnat. Il y a donc peu de chances que le technicien néerlandais change quoi que ce soit.
 
Blind, malgré le retour de Shaw, devrait donc encore dépanner comme latéral gauche et Di Maria ou van Persie commencer sur le banc. Au milieu, Fellaini semble s'être enfin débloqué, tandis que le retour de Carrick a soulagé l'entre-jeu.
 
Devant, alors qu'il est déjà le buteur le plus prolifique du duel avec 11 buts, Rooney est enfin au pic de sa forme. Muet pendant neuf matches, il a ensuite profité de la présence de Mata pour marquer sept fois en dix rencontres.
 
"On veut que nos supporteurs puissent sourire lundi en arrivant au boulot", a-t-il déclaré alors que le décevant Falcao disparait peu à peu du paysage offensif. C'est une question de fierté.
 
En face, c'est surtout les points qui font défaut. Depuis le dix janvier, City s'est fait très mal en perdant sept matches sur 14, pour quatre petits succès.
 
Son équipe inquiétante à Palace, Pellegrini pourrait encore changer son fusil d'épaule et revenir à une pointe, Agüero. Ce qui pourrait profiter au milieu à Nasri, Navas ou Milner. Derrière, Kompany est lui incertain. 
 
Les Citizens auront quoi qu'il en soit besoin du réveil de leur buteur argentin. Pointé à 17 réalisations, celui-ci n'a marqué que quatre fois en 15 matches et plus depuis six rencontres.
 
"Manchester United a de très bonnes individualités qui forment un gros bloc quand ils travaillent ensemble mais cela n'a pas toujours été le cas cette saison, décrypte Agüero. Parfois on dirait qu'ils ne jouent pas à fond, ils sont imprévisibles".
 
"Evidemment qu'on peut toujours conserver notre titre", estime-t-il même.
 
Si City a beaucoup perdu récemment, il lui reste au moins le sens de l'humour.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires