A Sao Paulo, les transsexuels retournent sur les bancs de l'école

Avec le soutien de

Karen Emiliano a cessé d'étudier enfant. Il s'appelait Jonas et on l'agressait parce qu'il se sentait fille. Il est parti de chez lui à l'adolescence pour un voyage à Sao Paulo qui l'a conduit à se prostituer mais, 23 ans plus tard, le ramène à l'école.

Comme Karen, 99 autres transsexuels et travestis de la capitale économique du Brésil reçoivent une aide de 827 réais (265 dollars, soit un peu plus qu'un salaire minimum) depuis février pour assister à des cours de six heures par jour pendant deux ans dans le cadre du programme municipal "Trans citoyenneté".

La plupart des participants suivent un enseignement équivalent à l'école primaire. Des matières techniques et des stages en entreprise sont également prévus.

Dans le pays où l'on recense le plus grand nombre de "trans" assassinés par an - 602 de 2008 à 2014, selon l'ONG Transgender Europe - la mairie de Sao Paulo investira trois millions de réais (quelque 962.000 dollars) pour réintégrer la centaine d'élèves sur le marché du travail.

Il s'agit d'une opération de "sauvetage" social, comme l'a définie le maire de gauche de la mégapole brésilienne Fernando Haddad, lors de la présentation de ce programme pionnier en Amérique latine.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires