PNQ sur la BAI : «Je n’ai cédé à aucune pression politique», dit Xavier Duval

Avec le soutien de
L’ancien ministre des Finances Xavier Luc Duval a animé un point de presse ce mercredi 8 avril pour tirer.

L’ancien ministre des Finances Xavier Luc Duval a animé un point de presse ce mercredi 8 avril pour tirer.

«J’ai fait mon travail en tant que ministre des Finances. Je ne dirai pas si Ramgoolam ou Bheenick sont intervenus dans quoi que ce soit.» Face à la presse ce mercredi 8 avril, le ministre du Tourisme Xavier-Luc Duval a tenu à mettre les points sur les i. Cela, après avoir été mis à mal par sa réponse à une Private Notice Question (PNQ) de Paul Bérenger sur le cas de la British American Investment (BAI) et les propos «trop avancés» de Vishnu Lutchmeenaraidoo tenus à son égard. Il a tenu à préciser aujourd’hui, qu’à l’époque où il était ministre des Finances, la Banque de Maurice et la Financial Services Commission (FSC) fonctionnaient indépendamment.
 
Commentant les secousses au sein de la BAI, Xavier Duval a avancé que «c’est le gaspillage de fonds et la mauvaise gestion qui ont conduit la BAI dans cette situation». Le ministre s’interroge également sur le rôle des auditeurs de la BAI, la firme KPMG.
 
Pour rappel, c’est lors de son point de presse hebdomadaire que Paul Bérenger avait affirmé avoir prévenu les autorités quant au risque que représentait le groupe BAI dès 2013. Il avait adressé une PNQ au ministre des Finances de l’époque Xavier-Luc Duval sur ce sujet. Et, au Parlement, le 21 novembre 2013, l’ancien ministre des Finances avait indiqué que le Fonds monétaire international (FMI) avait alerté les autorités locales sur les agissements du conglomérat et que depuis, la FSC suivait les choses de près. 
 
Le groupe financier était montré du doigt depuis 2012. Le FMI avait fait ressortir qu’il ne respectait pas les normes financières exigeant qu’un groupe ne dépasse pas le seuil de 10 % de profits réinjectés dans ses compagnies sœurs. Et c’était justement le cas de la BAI. 

Réponse dictée par Ramgoolam

Par la suite, le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, a avancé, pour sa part, que la réponse de Xavier-Luc Duval à la PNQ du leader de l’opposition était dictée par l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam. «Xavier-Luc Duval m’a dit que la réponse de sa PNQ ‘has been worked out by the Prime Minister, c’est-à-dire Navin Ramgoolam’», avait soutenu le grand argentier, le dimanche 5 avril. 
 
Des propos qui ont été démentis par le ministre du Tourisme qui ne semblait pas avoir trop apprécié le fait que Vishnu Lutchmeenaraidoo lui prête des propos qu’il n’aurait, semble-t-il, pas tenus. «Il n’est pas exact de dire que la réponse à la PNQ n’a pas été préparée par les services du ministère des Finances», avait répliqué Xavier-Luc Duval.
 
Toutefois, il semblerait que Xavier-Duval a déjà tourné la page. Hier au parlement, le grand argentier a été le seul a avoir eu droit à une petite tape amicale de la part d’un Xavier-Luc Duval tout sourire. Le geste n’a cependant pas été réciproque, le ministre des Finances Vishnu Lutchmeenaraidoo étant visiblement très concentré sur la PNQ.
 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires