On a testé: Chez Patrick Resto, à Mahébourg

Avec le soutien de

Heure : 20 heures. Le vol décolle à 22 h 35, le check-in a été fait sur Internet, on est tranquille pour une heure et demie. De quoi assurer un apéro costaud pour oublier la séparation. C’est étrange, depuis les quelques années que je vais chez Patrick, c’est toujours à l’occasion des départs, jamais des arrivées. Comme si les retrouvailles n’avaient pas besoin de rituel. Ce restaurant a été témoin de bien des soupirs, de petites larmes versées en cachette dans les toilettes, pour garder la face devant le compagnon de tablée qui part à l’autre bout du monde. 

Ambiance : La moitié des tables est occupée. Le restaurant s’est agrandi au fil des ans. Preuve de sa notoriété, il a un comptoir spécialement destiné aux take-aways. Une grande tablée fête un anniversaire, et deux petites filles habillées à l’identique viennent nous offrir un bout de gâteau. Heureusement,  elles s’abstiennent de nous le mettre dans la bouche façon SAJ-Paul ou, pour cette année, SAJ-Sarojini. Elles n’ont pas 85 ans non plus. Plutôt 8 et 5 ans. Ambiance familiale et bon enfant donc. Dommage qu’une télévision trône au milieu, jouant des clips un peu assourdissants. Civilisation de l’écran, tu me mets parfois à cran. La partie «ancienne» du restaurant est plus chaleureuse que la nouvelle, aux murs hésitant entre le mauve et le bleu, avec un poster de banana split et des décorations style Noël dans un angle. Nous admirons aussi les housses de chaises en satin blanc, sur les dossiers. Cela crée une certaine homogénéité…

Service : Les serveurs s’activent entre les tables et ont toujours les mains occupées, c’est bon signe. Le nôtre, un jeune homme, est tellement précautionneux qu’il nous répète quatre fois notre commande pour être sûr de ne pas se tromper (évidemment, nous rajoutons un rhum arrangé à chaque fois !). Mais au moins nos plats arrivent tels que requis. Le piment ne vient pas spontanément, dommage. Peut-être parce que nous n’avons pas précisé.

Le repas : Pourtant, avec un poisson corne frit, un salmis ourite et une salade ourite, le piment s’impose ! Nous n’avons pas très faim ce soir-là. L’appétit est coupé par l’émotion. Mais pas la soif. Nous entreprenons de «traiter» la mélancolie de notre convive à grandes lampées de rhum gingembre et rhum orange maison. La mission a marché, puisqu’elle nous a confié par la suite avoir sombré dans un doux sommeil dans l’avion (heureusement moins profond que celui dans lequel sont tombés les passagers de Germanwings) et donc pas (trop) vu ses 11 heures de vol passer. Nous voulons lui faire goûter le coquillage zéro, mais il y en a zéro ce jour-là. Sur le corne nous sommes partagés. Trop sec pour deux d’entre nous, kram-kram à point pour la troisième. Les piments cari n’en sont pas. Ou alors ils sont nains.

Même choc des civilisations sur la salade ourite. Le petit filet de crème déplaît aux puristes que nous sommes, mais est apprécié de la Française. Nous sommes unanimes sur la qualité de l’ourite. Tendre à souhait. Le salmis est par ailleurs excellent. Accompagnant du riz blanc, sa sauce est un bonheur. La salade est quand même goûteuse, avec ses poivrons coupés finement. Notre invitée nous dit que c’est le restaurant qu’elle préfère de tout son séjour, pour ses saveurs. Nous, nous savons que c’est très bon (même si nous apprécions moins son corne et sa salade ourite qu’à d’autres endroits), parce que nous y sommes déjà venus. Les assiettes typiques, avec un cari (curry, rougaille, salmis variés, au choix), du riz, des grains secs, des achards ainsi que son poisson frais grillé sont un régal.

Value for money : Rs 1 315 pour un corne, un salmis et une salade ourite, un riz blanc, six rhums arrangés, deux bières et un coca (cherchez l’intrus c’est très bon marché. Surtout quand on enlève les Rs 670 d’alcool !

Prochaine visite : La prochaine fois qu’on ira déposer un proche, ou que l’un de nous partira en voyage… à l’heure d’un repas.

Note : 7/10

 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires