Nomination: le plaidoyer d’Anil Gayan en faveur de Vijaya Sumputh enflamme l’hémicycle

Avec le soutien de
Le ministre de la Santé Anil Gayan a fait une virulente sortie contre la presse au parlement hier, mercredi 1er avril.

Le ministre de la Santé Anil Gayan a fait une virulente sortie contre la presse au Parlement hier, mercredi 1er avril.

Il devait intervenir à l’Assemblée nationale, hier, mercredi 1er avril, en marge des débats budgétaires. Un temps précieux que le ministre de la Santé a utilisé pour défendre la nomination de Vijaya Sumputh au poste de directrice exécutive du Trust Fund for Specialised Medical Care (TFSMC). Mais aussi pour s’en prendre à la presse qui ferait, selon lui, du «character assassination».

Les 25 minutes qu’a duré son plaidoyer ont été ponctuées de commentaires acerbes de l’opposition et de rappels à l’ordre de la Speaker de l’Assemblée, Maya Hanoomanjee. En effet, cet écart dans le programme de la journée n’a pas plu aux membres de l’opposition qui n’ont pas manqué de le faire savoir. «Koz lor bidzé, ki to pe defann», lançaient ces derniers. L’un d’eux a même fait remarquer au ministre que «Ramgoolam mem pa finn ploré lor Soornack kouma to pe fer».

Le MMM en colère

Lors de son plaidoyer en faveur de Vijaya Sumputh, Anil Gayan a déclaré qu’il ne faut pas faire de comparaison entre la directrice de la TFSMC et «madam ki ti vann cotomili-la», soulignant que la directrice est une avocate qualifiée. Des propos qui ont attisé la colère des membres du MMM. Ceux-ci déplorent le langage du ministre, surtout vis-à-vis des planteurs de cotomili.

Anil Gayan en a aussi profité pour fustiger la presse. Il ne comprend pas pourquoi les journaux reviennent à chaque fois sur une phrase qu’il a prononcée. «Quand j’ai dit que ‘We are government and government decides, je voulais faire comprendre que nous avons un mandat de cinq ans et que c’est au bout de cette période que la population nous jugera», a-t-il soutenu.

Il a aussi cité le journal l’express qui a fait état de trois charges contre lui par l’Equal Opportunities Commission (EOC). «Or, c’est simplement basé sur un article que j’ai écrit dans l’express datant d’avril 2014 que l’EOC veut m’entendre.»

Le président de l’EOC critiqué

Selon le ministre, «I am  unjustly being attacked». Il a ensuite commencé à critiquer le président de l’EOC.Ce qui lui a valu un rappel à l’ordre de la speaker. «You cannot attack someone who is not present in this House», lui a fait remarquer Maya Hanoomanjee. Anil Gayan reproche également à l’express de ne pas avoir publié sa mise au point, parue dans l’éditiond’hier, à la même place de l’article dont il est question.

Également dans le viseur du ministre de la Santé hier, le député Rajesh Bhagwan. Selon le ministre, ce dernier fait tout pour critiquer Vijaya Sumputh. «J’ai des preuves que quand il a été à Grand-Bassin, il a dit qu’il ferait tout pour ‘destroy this woman’.» Ce à quoi le principal concerné a rétorqué qu’il n’avait pas peur de dire la vérité.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires