Crash A320: le PDG de Lufthansa fait profil bas

Avec le soutien de

Le PDG de Lufthansa, venu se recueillir sur les lieux du crash de l'A320 de sa filiale Germanwings, a fait profil bas mercredi, après les révélations sur les antécédents du copilote, remerciant simplement les secours et promettant une aide durables aux familles des victimes, sans répondre aux questions des médias.

"Nous sommes reconnaissants", a déclaré, en français, Carsten Spohr, qui s'est recueilli devant une stèle en hommage aux victimes aux côtés du PDG de Germanwings Thomas Winkelmann, dans la commune du Vernet (Alpes-de-Haute-Provence), à proximité des lieux de la catastrophe qui a fait 150 victimes.

"Je donne ma parole aux victimes, notre aide ne va pas s'arrêter cette semaine. Nous continuerons d'apporter notre aide tant qu'elle sera nécessaire", a-t-il ajouté, sans répondre à aucune question de journaliste.

M. Spohr a tenu à "remercier les centaines de personnes qui ont fait un travail formidable pour aider au cours de ces dernières semaines", citant les forces de police, la gendarmerie, l'armée, les "médecins qui aident à l'identification des victimes", ainsi que les habitants de la région. Le dirigeant s'est dit "impressionné par le professionnalisme, l'énergie, l'empathie et la sympathie qui ont été manifestés".

MM. Spohr et Winkelmann se sont posés en hélicoptère peu avant 10H00 à Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence), base logistique des équipes de secours et d'enquête qui continuent de travailler sur les lieux du crash à une dizaine de kilomètres de là. Ils se sont rendus au poste de commandement opérationnel, près de la chapelle ardente.

En Allemagne, Lufthansa a révélé mardi que le copilote soupçonné d'avoir provoqué le crash l'avait informé en 2009 d'un "épisode dépressif sévère". La maison-mère de Germanwings a affirmé avoir transmis au parquet de Düsseldorf (ouest), en charge de l'enquête allemande sur les causes du crash, des "documents supplémentaires" le confirmant.

Lundi, le parquet de Düsseldorf avait révélé que le jeune homme avait suivi un traitement pour des tendances suicidaires dans le passé.

Cité mardi par le quotidien populaire Bild, un enquêteur évoque comme "mobile principal" sa "peur" de "perdre son aptitude au vol en raison de ses problèmes de santé".

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires