De l’ordre, enfin !

Avec le soutien de

Nouvelle catégorie d’hôtel, encadrement sévère des loisirs et bientôt la classification des hôtels. Le tourisme mauricien gagne en épaisseur depuis quelques semaines. C’est bon signe.
 
De l’ordre, enfin ! Si on attend toujours la forme que prendra la restructuration tant attendue de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) – qui tarde à venir – il est réjouissant de constater que l’amélioration générale du produit touristique mauricien est fortement engagée.
 
Le produit touristique mauricien, qui est souvent cité en exemple à l’étranger – principalement pour la beauté de ses plages, la qualité de son hôtellerie et le sens de l’hospitalité des Mauriciens – est essoufflé et s’est naturellement étiolé depuis quelques années. Incapable de se réinventer, tournant en rond et vivant sur l’aura de ses années de gloire, le tourisme mauricien, sans surprise, s’est appauvri. Se faisant rattraper et dépasser, dans certains cas, par ses plus proches concurrents.
 
Ce laisser-aller général a eu les conséquences que l’on connaît, son lot de drames et fait naître, sur nos principaux marchés émetteurs, un pessimisme à peine voilé quant à la capacité des Mauriciens à retrouver un nouveau souffle. Un nouveau dynamisme.
 
En s’attaquant de front à ce royaume du tout-permis que sont les activités nautiques et en venant catégoriser les hôtels, le ministère du Tourisme, à travers son «bras armé», la Mauritius Tourism Authority envoie depuis quelques semaines des signaux forts qui ne manqueront pas de rassurer audelà de nos frontières.
 
Sans faire de bruit, le tourisme mauricien se réinventer par un biais qui s’inscrit véritablement dans la durée : la qualité, l’excellence, le respect du client et le respect de l’environnement.
 
Ce qui est du pain bénit pour les consommateurs – étrangers et mauriciens – est également une aubaine pour la MTPA et tous ceux qui sont amenés à porter le plus loin possible l’image de la destination. Dans quelques mois, dans quelques semaines, même au rythme où vont les choses, Maurice pourra se targuer d’être de nouveau à l’avant-garde touristique dans la région. Et ce n’est pas rien.
 
Il ne suffit plus, de nos jours, d’orchestrer une campagne promotionnelle de haut niveau et des spots qui font rêver pour automatiquement séduire le touriste. La crise économique mondiale a rendu le voyageur plus précautionneux et moins dépensier. Même le touriste riche à millions cherche à dépenser judicieusement son argent.
 
Maurice, qui a fait de son statut de destination haut de gamme l’étendard de sa promotion touristique, ne pouvait plus se permettre de voir son image sévèrement égratignée par des prestations bancales ou de graves incidents encore plus préjudiciables. Le comportement général des touristes a changé radicalement depuis six ou sept ans, et pour attirer, aussi loin, des touristes, il fallait impérativement rajouter à l’attrait de nos hôtels et au sens de l’accueil de la population un encadrement légal qui soit à la hauteur, donc capable tout à la fois d’assurer la sécurité maximale de nos visiteurs et leur offrir des vacances à nulles autres pareilles.
 
Ce nouveau pari, qui s’appuie sur la qualité, n’est pas gagné. Les réfractaires aux normes et aux changements sont plus nombreux que l’on ne pourrait le soupçonner. Le consommateur aura donc à jouer son rôle et faire remonter l’information à qui de droit. Jusqu’au fameux «bureau des doléances» touristique créé à la MTPA. Une très bonne idée qui, espérons-le, contribuera à l’amélioration du produit.
 
Il y a dix ans Xavier-Luc Duval résumait son action par une phrase : «Le tourisme est l’affaire de tous.» La phrase est plus que jamais d’actualité. C’est à nous tous de nous sentir concernés pour que le tourisme mauricien ressemble finalement à l’idéal que nous souhaitons.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires