Seeruttun se donne six mois pour terminer le projet VRS

Avec le soutien de
Des ex employés de l’industrie sucrière sont toujours dans l’attente d’obtenir leur titre de propriété après avoir opté pour la retraite, en 2007.

Des ex-employés de l’industrie sucrière sont toujours dans l’attente de leur titre de propriété après avoir opté pour la retraite, en 2007.

«Il y a eu un laisser-aller» concernant le projet de  Voluntary Retirement Scheme (VRS), s’insurge Mahen Seeruttun. Lors d’un point de presse, hier lundi 16 mars, le ministre de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire n’a pas manqué de critiquer le fait que certains anciens employés de l’industrie sucrière attendent toujours leur titre de propriété des terrains promis, après qu'ils ont volontairement consenti à partir à la retraite en 2007.

Promettant de faire bouger les choses, le ministre de l’Agro-industrie  annonce qu’il se donne six mois pour compléter les formalités ayant trait au projet VRS. Selon Mahen Seeruttun, ce retard est dû principalement au changement de gouvernement en 2005. Suite à ces élections, affirme-t-il, le comité chargé de ce dossier ne s’est plus rencontré pour un suivi.

Déterminer où il y a eu des blocages

Pour faire avancer les choses, le ministre indique qu’un comité réunissant tous les responsables des organismes concernés a été mis sur pied. Il traitera chacun des cas et déterminera où il y a eu des blocages. La première réunion du comité a eu lieu hier, a expliqué le ministre. Et d’autres suivront incessamment, car le comité se réunira régulièrement.

Le ministre Seeruttun a annoncé qu'un comité se réunira régulièrement pour régler les problèmes liés au VRS au plus vite.

Cette situation avait été dénoncée par la Voluntary Retirement Scheme Association, à Port-Louis, le vendredi 6 mars. Les membres avaient lancé un appel pour que le problème soit «réglé au plus vite.»

Culture Bio

Par ailleurs, le ministre a annoncé que Maurice a décidé de suivre l’Inde en ce qui concerne la culture bio. Il y a d’ailleurs eu le lancement d’un projet en ce sens avec la collaboration de la Mauritius Cooperative Agricultural Federation, le MCFI et le groupe indien IFCO pour la production des fertilisants bio.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires