Quatre démissions au MMM: «Parler au sein du parti est devenu un délit»

Avec le soutien de
Dev Ramnah, Soodesh Roopun, Bernard Marie et Lysie Ribot lors d’un point de presse ce mardi. Tous ont annoncé leur démission du MMM, affirmant que d’autres les suivront.

Dev Ramnah, Soodesh Roopun, Bernard Marie et Lysie Ribot, lors d’un point de presse, ce mardi. Tous ont annoncé leur démission du MMM, affirmant dans la foulée que d’autres les suivront.

«A l’avenir, les principes du MMM continueront à être bafoués.» C’est là le constat de Dev Ramnah, Soodesh Roopun, Bernard Marie et Lysie Ribot qui étaient, jusqu’à tout récemment, membres du MMM. Lors d’un point de presse, ce mardi 10 mars, ils ont annoncé leur démission de ce parti, tout en affirmant être «tristes» d’en arriver là.

«Nous avons exercé notre droit à la parole mais s’exprimer au sein du MMM est devenu un délit», a commenté Dev Ramnah, en démarrant le point de presse. Ce qui lui fait dire que «la dictature s’est installée au sein du MMM».

Il est d’avis que le militantisme a été relégué au second plan et que les «militants sont désorientés par la façon de faire du leader».

Il indique également qu’il y avait, certes, un regain d’espoir après l’élection du nouveau comité central. Mais finalement, avec le «Super BP», les militants sont encore plus désorientés.«Il y a un refus de Paul Bérenger de regarder la vérité en face.»

Commentant la défaite aux législatives, il a ajouté que c’était une erreur de s’allier avec le PTr, «le leader a refusé toute part de responsabilité et a préféré mettre la faute sur le MMM».

Mais, soutient-il, «nous sommes décidés. Nous n’allons pas laisser Paul Bérenger finir le MMM. Je demande à tous les militants de garder espoir. Nous allons redonner au MMM son prestige d’antan».

Lysie Ribot a abondé dans le même sens. Elle a notamment affirmé que le MMM a «dérivé de ses principes de base». Désormais, soutient-elle, le malaise et le découragement règnent. «C’est la dictature, soutient-elle. Si quelqu’on ose parler, il se fait rabrouer.»

Elle confirme que la goutte d’eau a été pour elle l’institution de cette «intelligence collégiale» qui n’est pas prévue dans les statuts du parti.  

«Je ne suis pas une suiveuse aveugle. C’est après mûre réflexion qui je suis arrivée à cette décision aujourd’hui», a ajouté Lysie Ribot.

Lors de son intervention, Soodesh Roopun a, lui aussi, lancé un appel aux militants pour qu’ils gardent espoir. «Je sais qu’il y a de nombreux militants au sein du parti qui ne sont pas à l’aise. Je leur dis : venez nous donner un coup de main.»

Bernard Marie a également souligné que le MMM «prend une mauvaise direction. C’est concentré sur le pouvoir. Pouvoir à tout prix, à n’importe quel prix». «Le MMM, dit-il, va à sa perte.» 

Il ajoute que les autres démissionnaires et lui-même n’ont pas encore décidé de leur avenir. «Nous n’avons pris aucune décision pour rejoindre d’autres formations politiques», a-t-il conclu.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires