Démission de Lysie Ribot : «Il règne une dictature au sein du MMM»

Avec le soutien de

«C’est une insulte au bureau politique.»  Lysie Ribot ne digère pas l’institution d’une «intelligence collégiale» au sein du MMM, décidée «unilatéralement». Elle a soumis sa démission en tant que membre du MMM, ce mardi 10 mars, estimant que ce parti ne rejoint plus ses convictions qui sont «la lutte pour la méritocratie et l’égalité des genres».

Pour Lysie Ribot, aujourd’hui «la démocratie a été remplacée par la dictature» au sein de ce parti. Elle évoque notamment l’institution de ce bureau politique, qui n’est pas prévue par les statuts du MMM.

«Cela me met très mal à l’aise», explique-t-elle, alors qu’elle se préparait à animer un point de presse aux côtés de Joe Lesjongard et Rafick Sorefan, deux autres démissionnaires du MMM, à l’hôtel St Georges à 10 h 30.

Que fera-t-elle à l’avenir ? D’ores et déjà, elle explique qu’elle ne compte pas rejoindre le mouvement de dissidents du MMM. «Pour ma sérénité, pour défendre mes convictions, je suis partie. Je reste à ce point-là», indique-t-elle.  

Réagissant face à ce départ, Ajay Gunness, secrétaire général du parti, est, lui, d’avis que ce groupe évolue selon  un agenda caché. «La population saura bientôt dans quel groupe ils opèrent. Lors d’une défaite, c’est toujours comme cela, et l’on sait dans ces circonstances qui sont ceux qui ont les reins solides», fait-il valoir en substance.  Il convie du reste les militants fidèles à une grande réunion pour relancer le parti, ce dimanche.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires