Examen des téléphones de Ramgoolam: la juge réserve son jugement

Avec le soutien de

Les hommes de loi de Navin Ramgoolam en cour, ce 6 mars. La motion présentée par leur client visant à interdire le décryptage de ses portables a été débattue ce matin. 

La saga juridique concernant l’examen des six téléphones portables de Navin Ramgoolam semble loin d’être terminée. En effet, la juge en référé Rita Teelock, qui a entendu, ce vendredi 6 mars, la motion de l’ex-Premier ministre visant à empêcher les enquêteurs d’avoir accès aux cellulaires, a réservé sa décision.

Les hommes de loi de Navin Ramgoolam, l’inspecteur Heman Jangi ainsi des enquêteurs du CCID ont mis en avant leurs arguments ce matin. L’ancien Premier ministre ne s’est, lui, pas présenté en cour.

Il avait affirmé, dans un premier affidavit, que ses téléphones portables contiennent des informations confidentielles par rapport à la sécurité et des secrets d’État. Dans un contre-affidavit, l’assistant commissaire de police Heman Jangi indique que la juge en référé n’a pas de juridiction pour répondre à la motion de Navin Ramgoolam.

Publicité
Publicité

Depuis vendredi 6 février, Maurice est sous le choc : l’ancien PM, Navin Ramgoolam est sous le coup d’une arrestation. Il passera même quelques heures dans le centre de détention de Moka avant d’être traduit devant la Bail and Remand Court. Le week-end aura été infernal pour lui, entre perquisitions et des va-et-vient aux Casernes. Voici les faits saillants de cette affaire inédite à Maurice.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires