Parlement: Paul Bérenger remet en cause les nominations à l’ICAC

Avec le soutien de
 Le leader de l’opposition regrette de n’avoir pas été consulté avant la nomination de Luthmyparsad Aujayeb à la direction de l’ICAC.

 Le leader de l’opposition regrette de n’avoir pas été consulté avant la nomination de Luthmyparsad Aujayeb à la direction de l’ICAC. 

La nomination de Luthmyparsad Aujayeb à la tête de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) ne lui a pas du tout plu, tout comme la manière dont s’est déroulée la chose. La commission anti corruption était en effet au centre de la Private Notice Question du leader de l’opposition au Parlement, ce mardi 24 février.

Paul Bérenger s’est plaint de n’avoir été informé de cette nomination que la veille de l’entrée en fonction du nouveau directeur général, soit le 30 décembre. Or, a-t-il argué, il aurait dû être consulté au préalable, selon la loi. Le Premier ministre a rétorqué qu’il fallait prendre une décision d’urgence, car le délai pour la déclaration des avoirs des députés était presque expiré. De plus, a ajouté sir Anerood Jugnauth (SAJ), une consultation n’a pas force de loi, et la décision avait déjà été prise. Le leader de l’opposition n’a pas manqué de souligner qu’il aurait donné un «advice against» cette nomination s’il avait été consulté.

Il s’est également penché sur deux autres nouveaux venus à l’ICAC : les commissaires Shakila Bibi Jhungeer et Narain Krishna Peerun. Paul Bérenger a avancé que la première nommée avait été présentée comme une nouvelle recrue politique du MSM en mars 2014, et que le second a été directeur du National Security Service de 2000 à 2005. Il s’est demandé si de telles nominations n’ont pas entamé la confiance de la population envers cette institution. SAJ a balayé la critique en soutenant que de nombreux magistrats se sont lancés dans la politique, et vice-versa.

Le second volet de la PNQ de ce mardi concernait le projet Financial Crime Commission. Cette institution en devenir devrait chapeauter plusieurs organismes tels que l’ICAC ou la Financial Intelligence Unit. SAJ a annoncé qu’un texte de loi sera bientôt mis sur pied à ce propos. Et, dans l’immédiat, l’Asset Recovery Act sera amendée, a-t-il ajouté.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires