MMM: le malaise se propage?

Avec le soutien de
Si Steve Obeegadoo a failli claquer la porte, Jean Claude Barbier a, lui, bien annoncé qu'il compte démissionner, tandis que Joe Lesjongard laisse planer le doute sur son avenir au sein du MMM.

Si Steve Obeegadoo a failli claquer la porte, Jean Claude Barbier a, lui, bien annoncé qu'il compte démissionner, tandis que Joe Lesjongard laisse planer le doute sur son avenir au sein du MMM.

«Nous ne pouvons pas continuer à faire de la politique comme dans les années 70, 80 ou 90. Sinon, nou pou tase.» A l’image de Steve Obeegadoo, de plus en plus de voix dissidentes s’élèvent au MMM. Après l’annonce du départ controversé de Jean-Claude Barbier la semaine dernière, voilà que les rumeurs se font de plus en plus pressantes au sujet de la démission de Joe Lesjongard.

Le député est rentré au pays dans la matinée d’hier, lundi 23 février. Il n’a eu, depuis, aucun contact avec le leader, explique une source au sein des Mauves. Pas de Joe Lesjongard non plus au bureau politique d’hier. Cependant, il aurait été en contact avec Jean-Claude Barbier.

Ce dernier, accusé d’avoir tenu une réunion secrète, a donné sa version des faits à Reza Uteem et Ajay Gunness. Il avait été annoncé qu’il démissionnerait ce mardi, mais jusqu’ici il ne l’a pas fait. «Il attendra que la direction du MMM prenne une décision avant de soumettre sa démission au parti et soutient n’avoir tenu aucune réunion dans sa circonscription (NdlR, n° 1 Grande-Rivière-Nord- Ouest–Port-Louis Ouest)», poursuit notre source.

Celle-ci soutient, du reste, qu’un éventuel retour au bercail de Jean-Claude Barbier n’est pas à écarter. «On note un changement de ton de la part de Jean-Claude Barbier, qui se dit toujours militant.»

«Une dose d’humilité»

De leur côté, Steve Obeegadoo et Kavi Ramano ont refusé une place au sein de la direction du parti, ce qui n’a pas manqué de jeter un froid. Malgré ce refus, Steve Obeegadoo affirme être «toujours un militant», et soutient que Kavi Ramano pense la même chose.

Même s’il ne remet pas en cause la réélection de Paul Bérenger au poste de leader, l’ancien ministre de l’Education plaide pour un changement d’attitude au sein du parti. «Il faut une dose d’humilité, que le MMM reconnaisse qu’il n’a pas toujours eu raison», argue-t-il.

D’après Steve Obeegadoo, qui a eu une altercation avec Paul Bérenger la semaine dernière, le MMM a doit «rétablir son image» et «redéfinir ce qu’il est». «L’image aujourd’hui est mouillée, argue le député. Les gens disent que le MMM est un parti comme les autres, qui est disposé à faire n’importe quel compromis, n’importe quelle alliance pour arriver au gouvernement.»

Changements structurels

Il est également en faveur de changements structurels au sein du parti. D’après lui, les décisions contradictoires prises par le bureau politique en quelques mois à propos d’alliances sont le signe qu’«il y a un problème».

«Il y a un climat lourd, car les militants voulaient un changement au sein du MMM et l’élection du comité central a été un reflet de ce sentiment. Mais il n’y a eu aucun changement au bureau politique, et c’est peut-être pour cela que 20 % du comité central n’ont pas voté pour Paul Bérenger pour qu’il entre au bureau politique», indique notre source mauve.

«Il y a un certain malaise, qui est tout à fait normal, au sein du MMM», indique Steve Obeegadoo.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires