Betamax vs STC: le bras de fer s’intensifie

Avec le soutien de
Le Torm Anabel pétrolier affrété par la STC pour faire approvisionner le pays en produits pétroliers.  Il est arrivé en rade jeudi 19 février dernier.

Le Torm Anabel, pétrolier affrété par la STC pour approvisionner le pays en produits pétroliers.  Il est arrivé en rade de Port-Louis, le jeudi 19 février dernier.

C’est par communiqués interposés que la State Trading Corporation (STC) et Betamax se font la guerre autour du prix payé pour le transport des produits pétroliers. Dans un communiqué émis samedi, Betamax évoquait le prix de  $ 29,19 et déplorait la «malhonnêteté intellectuelle» de la STC.

Le lendemain, cette dernière lui a donné le change. «La STC a payé à Betamax une moyenne de $ 31 par tonne pour transporter son pétrole du port de New Mangalore à Port-Louis depuis 2011. Les paiements sont effectués par virement bancaire en dollars américains  après chaque voyage effectué par le Red Eagle ou tout autre pétrolier déployé par Betamax. Ils sont donc vérifiables», fait-elle ressortir dans un communiqué émis hier, 22 février.

«C’est de la malhonnêteté intellectuelle de la part de la STC de comparer un coût moyen sur les trois dernières années à un prix obtenu pour un contrat spécifique à l’heure actuelle», indiquait, lui, le directeur de Betamax, dont le contrat avec la STC a été résilié. Et selon Veekram Bhunjun, le «chiffre de USD 31 avancé par la STC est erroné car le prix moyen du M.T Red Eagle sur les trois dernières années, incluant le bunkering, est de USD 29,19». 

Ce dernier ajoutait que le«M.T Red Eagle, opérant à une vitesse bien au-delà de la moyenne, prend 6.25 jours pour faire le voyage Mangalore-Port Louis. Il nous semble improbable que Torm Anabelle puisse faire le voyage en moins de temps».

A cela, la STC rétorque que «qu’importe la couleur, la taille ou la vitesse de croisière des pétroliers utilisés, la STC paie son fret par tonne de produit».

La STC dit également relever que le chiffre aujourd’hui avancé par Betamax est de $ 29 «et non $ 24, comme précédemment communiqué par lui-même… Betamax a pris soin cette fois-ci d’inclure les frais du bunker qu’il facture la STC. On est en bonne voie».

La STC s’attaque également aux «demurrage costs» payés en faveur de Betamax. Dans lequel cas, «on arriverait surement au prix de $31 la tonne annoncé par la STC».

Elaborant sur ces frais, la STC explique qu’elle débourse en faveur de Betamax $43,787 par jour en demurrage pour toute période ou le transporteur est en attente pour des raisons indépendantes de sa volonté. Ces frais sont payés à Betamax, en sus des frais de location de plus de $ 53,648 par jour que la STC lui paie déjà pour la location. La STC affirme, du reste, ne pas comprendre «la pertinence de tels frais dans un contrat où un vaisseau est totalement dédié et affrété à long terme, car chaque seconde perdue l’est aux frais de l’affréteur».

Les demurrage costs pour le Torm Anabel s’élèvent à $ 20 000 par jour. «C’est normal et raisonnable. Comme ce vaisseau est employé par voyage et non sur un contrat de longue durée, chaque jour perdu pour des raisons incombant à la STC lui priverait de l’opportunité de générer du revenu.»

La STC donne également la réplique à Betamax sur le fait qu’il paie la taxe locale car il bat pavillon mauricien : «Ne battant pas pavillon mauricien, le Torm Anabel paie l’intégralité des frais portuaires sans concession», indique ainsi la STC.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires