Jean-Claude Barbier : «D’autres camarades quitteront aussi le MMM»

Avec le soutien de
Jean-Claude Barbier: «Peut-être au Mouvman Liberater, peut-être pas.»

Jean-Claude Barbier: «Peut-être au Mouvman Liberater, peut-être pas...»

Il a passé 30 ans au sein du MMM. Et Jean Claude Barbier compte bien claquer la porte après sa suspension de ce parti. Le député mauve indique ainsi qu’il démissionnera d’ici 48 heures, mais il ne s’en ira pas seul, précise-t-il. «Je ne pars pas seul, ce sera une démission collective. D’autres camarades s’en iront aussi», confie-t-il dans une interview à l’express. Quid de l’identité de ces démissionnaires ? Il n’en dira pas plus.

Selon lui, tous critiquent l’attitude du leader de ce parti, Paul Bérenger. «Il veut tout faire lui-même, tout contrôler.» La situation aurait empiré après les dernières législatives qui ont vu la défaite de l’alliance PTr-MMM.

Dans le cas de Jean-Claude Barbier, ce dernier a été suspendu après que la direction du parti a eu des informations selon lesquelles il aurait organisé des réunions avec les militants de sa circonscription pour les encourager à quitter le parti. «C’est faux. Cette réunion n’a pas eu lieu. Je mets au défi quiconque de prouver le contraire et je mets mon siège de député en jeu», insiste cependant ce dernier.

Dommage collatéral à la mairie de Port-Louis

Quoi qu’il en soit, avec la démission de Jean-Claude Barbier, ce sera le flou à la mairie de Port-Louis. La majorité pourrait basculer incessamment. Avec des répercussions probables sur des conseillers mauves de la ville qui pourraient également prendre leurs distances.

Si cette éventualité se précise, le MMM perdrait sa faible majorité, qui est de 11 conseillers et qui lui permet de diriger la mairie avec une équipe minoritaire. Résultat des courses à prévoir : absence de quorum pour la gestion de la capitale.

Nouvelle composition du MMM

Entre-temps, au MMM, hier, samedi 22 février, l’heure était au renouvellement des troupes.  Paul Bérenger a annoncé la composition de son nouvel état-major à l’issue de la réunion du comité central. Il reste  leader du parti et sera épaulé par quatre adjoints : Deven Nagalingum, Pradeep Jeeha, Reza Uteem et Arianne Navarre-Marie. Alan Ganoo sera, lui, président du parti, épaulé par Rajesh Bhagawn comme vice-président.

Le secrétaire général et porte-parole du parti sera Ajay Gunness, avec des secrétaires généraux adjoints. Vinay Sobrun sera responsable de tout ce qui concerne l’organisation ; Zuber Joomaye s'occupera de programme et des formations ; Franco Quirin de tout ce qui a trait aux organisations non gouvernementales, syndicats, sports et administration régionale.

Ananda Rajoo et Dev Kissondoyal seront, pour leur part, responsables de communication et  médias sociaux. Alors que Vijay Makhan sera, lui, responsable des contacts et des relations avec les partis internationaux. Il y a aura aussi deux autres secrétaires généraux adjoints, en l'occurrence Jenny Adebiro, présidente de l’aile jeune et Lysie Ribot, présidente de l’aile féminine.

Le trésorier sera le député mauve Aadil Ameer Meea, qui aura comme adjoint Shyam Mathura. Quatre personnes ont été cooptées pour faire partie du bureau politique ; Ananda Rajoo, Jenny Adebiro, Gayatree Dayal et Vijay Makhan. Karen Foo Kune a, elle, été cooptée au comité central.

Tous les députés mauves qui n’ont pas été élus au bureau politique, tels que Veda Baloomoody et Joe Lesjongard, sont cooptés au bureau politique. Alan Ganoo reste président du Public Accounts Committee (PAC) et Rajesh Bhagwan conserve les fonctions de Whip de l’opposition.

Voir aussi l'intégralité de l'interview de Jean-Claude Barbier: «Je ne pars pas seul, ce sera une démission collective»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires