Usurpation d’identité sur Internet: les adolescents se réfugient dans le silence

Avec le soutien de
Les jeunes victimes de faux profils sur les réseaux sociaux tels que Facebook ne portent pas plainte par peur de leurs parents.

Les jeunes victimes de faux profils sur les réseaux sociaux, tels que Facebook, ne portent pas plainte par crainte du courroux de leurs parents.

L’usurpation d’identité sur Internet prend de l’ampleur. En effet, de nombreux internautes se font voler leur identité, sur Facebook notamment. Il faut alors alerter les autorités concernées, soit la Cybercrime Unit pour mettre fin à ce problème et envisager d’attraper le malfaiteur. Sauf que tous ne le font pas, surtout les mineurs. Souvent, c’est par peur de la réaction des parents, qui ne sont pas au courant que leurs enfants sont sur les réseaux sociaux.
 
Ludovic (prénom fictif), âgé de 16 ans, en connaît quelque chose. Selon les dires de cet adolescent, l’année dernière, quelqu’un a usurpé son identité sur Facebook. Mais ce n’est que tout récemment qu’il l'a appris. «Un jeune voisin m’a dit qu’il allait alerter mes parents que je lui envoyais des messages et des images obscènes», confie-t-il. Ludovic devait, par la suite, apprendre que certains de ses amis ont aussi reçu des messages et images obscènes. «Certains m’ont retiré de leur liste d’amis», ajoute-t-il. Alors que d’autres lui ont conseillé de rechercher de l’aide auprès de la Cybercrime Unit. 
 
«Mais je ne l’ai pas fait car pour cela, je devrais informer mes parents afin qu’ils m’y accompagnent. Or, je ne veux pas leur en parler car ils vont sûrement me mettre ça sur le dos, comme quoi je n’aurais pas dû avoir un compte sur Facebook», affirme cet élève de Form V. 
 
Comment se tirer d’affaire dans un cas pareil ? Selon une source à la Cybercrime Unit, la personne ne doit pas avoir peur de frapper à la porte de la police. De plus, le mineur peut se faire accompagner par un adulte qui est son «guardian», pas forcément son père ou sa mère. Toujours selon cette source, la victime peut porter plainte à la CERT-MU (Mauritian National Computer Security Incident Response Team). «Ou encore rapporter le profil soupçonné d’être faux auprès de Facebook. Plusieurs plaintes contre un profil auront pour conséquence que celui-ci sera enlevé par Facebook», indique cette même source. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires