Arvin Boolell pas d’accord sur la question du leadership du PTr

Avec le soutien de
Le BP ce samedi 14 février a débouché sur la nomination d’Arvin Boolell comme nouveau porte-parole des rouges.

Le BP  de ce samedi 14 février a débouché sur la nomination d’Arvin Boolell comme  le nouveau porte-parole des Rouges.

Alors que les débats ont fait rage lors de la réunion du bureau politique (BP) des Rouges, le samedi 14 février, il ressort que c’est surtout la formule à adopter pour le leadership qui a été vivement discutée. Si Arvin Boolell se disait pour qu’un leader soit choisi pour remplacer Navin Ramgoolam, le temps que ce dernier règle ses démêlés avec la justice, c’est la tendance inverse qui voulait que Ramgoolam conserve son poste qui a primé au final. Le BP a ainsi débouché sur la nomination d’Arvin Boolell comme nouveau porte-parole.
 
«Pour moi, il y a un leader et ce doit être quelqu’un qui croit dans les décisions collégiales. Mais, il faut tout de même un leader.» C’est l’opinion exprimée par Arvin Boolell sur les ondes d’une radio privée le mercredi 11 février. 
 
Trois jours plus tard, lors de sa nomination comme porte-parole et le maintien de Navin Ramgoolam comme leader en retrait, il annoncera que le parti serait dirigé de manière «collégiale» et qu’il n’interviendrait que pour trancher certaines questions ou en cas d’urgence.
 
«Arvin Boolell tient cette position depuis un moment déjà, fait remarquer une source bien placée au sein du PTr, mais d’autres du parti ont donné leur opinion aussi. On passe déjà par un moment difficile. Le consensus a finalement été qu’il fallait assurer l’unité du parti.» D’où la non-démission de Navin Ramgoolam du poste de leader, même si Arvin Boolell, rapportent nos sources, était favorable à cette perspective.
 
Interrogé sur la question, le principal concerné récuse l’idée d’une confrontation entre son leader et lui. «Je ne peux divulguer la teneur de ce qui s’est dit, mais il y a eu des débats en profondeur, explique l’ex-ministre des Affaires étrangères, cela portait surtout sur la collégialité à travers les instances du parti.»

Le congrès national repoussé

Il confirme également que la tenue du congrès national du PTr a fait l’objet de débats. «Dès le début, j’ai dit que ce n’était pas le moment approprié.» Au final, ce rendez-vous annuel a été repoussé. «On a pris la décision de revoir la date et il faudra que ce soit entériné par l’exécutif», confirme Arvin Boolell. Cette équipe devrait se réunir ce mercredi.
 
La position personnelle d’Arvin Boolell était-elle opposée à celle de Navin Ramgoolam ? À cela, il réplique: «Je dois dire que Navin Ramgoolam a donné l’occasion à tous de parler et que c’est une décision consensuelle qui a été prise.»
 
Et qu’en est-il d’Anil Bachoo, longtemps donné comme rival sérieux de Boolell à la tête du PTr ? «Il s’est de lui-même retiré de la course, explique une source parmi les Rouges, et il fait d’ailleurs partie de ceux qui étaient pour que Ramgoolam reste.»
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires