Direction du MMM: vif accrochage entre Obeegadoo et Bérenger

Avec le soutien de
Paul Bérenger a très mal digéré les suggestions de Steven Obeegadoo lors de la réunion du nouveau BP, le samedi 14 février.

Paul Bérenger a très mal digéré les suggestions de Steven Obeegadoo lors de la réunion du nouveau BP, le samedi 14 février.

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) doit-il utiliser son pouvoir de cooptation pour intégrer des membres non élus au bureau politique (BP) à la direction du parti ? Cette question a été au cœur d’un vif accrochage entre Paul Bérenger, leader du parti, et son ancien secrétaire général, Steven Obeegadoo. Lors de la réunion du nouveau BP, le samedi 14 février, ce dernier a suggéré que Paul Bérenger fasse preuve de retenue avant de coopter des membres non élus par les délégués mauves. Une suggestion que le leader du MMM a très mal digérée.
 
Selon nos recoupements, c’est Paul Bérenger qui a remis le sujet sur le tapis et a voulu connaître l’opinion du BP. Steven Obeegadoo est venu de l’avant en affirmant que même si les statuts du parti permettaient au leader de coopter des membres du BP, cette mesure avait été introduite à une époque où les élections des instances du MMM avaient été renvoyées.
 
«Il a suggéré que Bérenger ne coopte pas de nombreuses personnes et qu’il attende au moins un ou deux mois avant de le faire», raconte notre source.
 
Deuxième argument mis en avant par Steven Obeegadoo : les statuts du parti stipulent qu’il doit y avoir un leader adjoint et un vice-président. Or, jusqu’à tout récemment, il y a eu jusqu’à quatre leaders adjoints au MMM. Obeegadoo a avancé que «pour être crédible», il faaut limiter le nombre de leaders adjoints et de vice-présidents.

«C’était maladroit et injuste vis-à-vis de Steven Obeegadoo»

«Il (Paul Bérenger) a très, très mal réagi…» confirme une deuxième source approchée par l’express.
 
«Il a qualifié les propos tenus par Steven Obeegadoo d’insultants», affirme un autre membre du BP. Et de poursuivre : «Il y a eu un gros accrochage et c’était maladroit et injuste vis-à-vis de Steven.»
 
Face à l’opprobre de son leader, Steven Obeegadoo a assuré ce dernier de sa loyauté, tout en affirmant qu’il n’accomplissait que son devoir de «militant» en disant tout haut ce qu’il pense de la cooptation.
 
Nos sources au sein du parti expliquent que ce traitement réservé à Steven Obeegadoo – celui qui a presque fait jeu égal avec Bérenger en termes de votes pour le comité central (CC) et s’est placé en troisième position pour le BP – a causé la colère de plusieurs membres. La plupart sont d’accord avec les arguments de ce dernier et associent cooptation et nomination à la direction du parti.
 
Les noms de Veda Baloomoody et Françoise Labelle, à titre d’exemple, sont cités comme leader adjoint et présidente respectivement. Le nom de Madan Dulloo, qui n’a pas été élu au niveau du CC, en fait tiquer beaucoup également. «Comment un perdant peut prétendre nous diriger ?» se demande notamment un membre élu du CC.
 
Après l’élection des 20 membres du BP, avec Paul Bérenger comme leader et Ajay Gunness comme secrétaire général, les autres membres de la direction seront élus lors d’une réunion spéciale, ce mercredi 18 février. Les noms proposés seront ensuite approuvés par le CC ce samedi 21 février.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires