Pris de malaise, Bheenick conduit à l'hôpital Jeetoo

Avec le soutien de
Rundheersingh Bheenick, encadrés par les limiers du CCID. Il se rend à l'hôpital Jeetoo, affirmant qu'il se sent mal.

Rundheersingh Bheenick, encadré des limiers du CCID. Il est conduit à l'hôpital Jeetoo,affirmant qu'il se sent mal.  

Il voulait se rendre en clinique car il ne se sentait pas bien. C’est ce que Rundheersingh Bheenick a déclaré aux enquêteurs durant son interrogatoire, ce vendredi 13 février. Mais ces derniers l’ont contraint de se rendre à l’hôpital Jeetoo pour se faire ausculter. Finalement, quelques minutes plus tard, le suspect a quitté l'établissement hospitalier pour se rendre à la clinique Apollo Bramwell.

L’ex- gouverneur de la Banque centrale est aux Casernes depuis 15 heures. Rundheersingh Bheenick a été par la suite placé en état d’arrestation. Cela, pour violation des règles de confidentialité auxquelles il est tenu de par la Banking Act

Il était question qu’il passe la nuit en cellule au centre de detention de Moka. Et par la suite comparaître devant la Bail and Remand Court, samedi.

Il y a à peine quelques jours, Rundheersingh Bheenick était monté au créneau pour défendre Navin Ramgoolam. Affirmant qu’il est fermement convaincu que tous les partis politiques financent leurs activités de cette manière. Il est même allé plus loin en soutenant qu’il «n’y a rien dans la loi qui empêche quelqu'un de dormir sur un matelas de millions»

Et ce vendredi, lors d’une perquisition à son domicile, les enquêteurs y ont découvert et saisi Rs 1 M en devises étrangères. Même s’il devra en expliquer la provenance, il reste que ce n’est pas pour cette raison que l’ex-gouverneur de la Banque centrale a été arrêté.  Il est accusé d’avoir subtilisé un coffre appartenant à la banque et de l’avoir emporté chez lui, le 28 décembre, la veille de son départ de l’institution.

Interrogé par les médias sur l’affaire Ramgoolam, en début de semaine, Rundheersing Bheenick expliquait qu’il ne voyait pas à quel titre la police le convoquerait. «On m’a téléphoné pour me demander ‘est-ce que la police vous interroge ?’. Ils m’interrogeraient pourquoi ? Pour faire quoi ? Quand j’étais gouverneur en bonne et due forme, dans des cas pareils, la police ne venait jamais m’interroger», soutenait-il

> Rundheersing Bheenick commentant
l’affaire Ramgoolam avant qu’il ne soit lui aussi arrêté.

Mais voilà qu’il suit le même parcours que celui effectué par Navin Ramgoolam après tout juste une semaine. Arrêté vendredi, ce dernier est resté longuement aux Casernes avant d’être conduit au centre de détention de Moka, pour y passer la nuit et comparaître devant la Bail and Remand Court le lendemain…

Voir aussi notre galerie photos sur l’interpellation de Rundheersingh Bheenick : Après Ramgoolam, Bheenick

 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires