COI : L’UE financera l’installation de panneaux solaires dans les institutions publiques

Avec le soutien de
La première réunion de la plateforme ENERGIES de la COI s’est tenue hier vendredi 6 janvier, à Ébène.

La première réunion de la plateforme ENERGIES de la COI s’est tenue hier, vendredi 6 janvier, à Ébène.

«Il faut renverser la tendance en ce qu’il s’agit de la production d’énergie.»C’est dans cette optique que la Commission de l’océan Indien (COI), a présenté hier, vendredi 6 février, les mesures qu’elle prévoit de mettre en place dans le cadre de son programme ENERGIES, financé par l’Union européenne (EU). D’emblée, elle a annoncé qu’elle financera des panneaux solaires qui fourniront de l’énergie aux institutions publiques et qu’elle fera aussi don de véhicules électriques.

ENERGIES,  qui démarré le 1er octobre 2014, a pour but de promouvoir le développement durable en encadrant les États-membres de la COI dans leurs démarches de se tourner vers des énergies renouvelables. Il vise aussi à améliorer l’efficacité de ces sources d’énergies et de mobiliser le secteur privé autour de ces ambitions.

Le ton a été donné par Jean-Claude de l’Estrac lors de cette première réunion de la plateforme ENERGIES. Il a souligné que la plateforme souhaitait non seulement cibler la production d’énergie verte mais aussi la consommation d’énergie des états insulaires de l’océan Indien. Symboliquement, ENERGIES financera l’installation de panneaux solaires sur les toits d’institutions publiques.

En second lieu, la plateforme fera l’acquisition de voitures électriques et en fera don à des instances clés. Ce qui permettra d’accroître la visibilité de ce genre de véhicule.

Pour sa part, le chef de la délégation de l’UE, Aldo Dell’Aruccua, a annoncé la mise en place d’un cadre institutionnel pour que les États-membres de la COI puissent mieux s’approprier ce projet de développement durable. Ce qui, estime-t-il, permettra de donner un nouvel aspect commercial aux initiatives touchant l’écologie, notamment grâce à la collaboration du secteur privé.

L’UE finance ce programme indianocéanique à hauteur de 15 millions d’euros. La présence de l’UE reflète, selon le chef de la délégation, un engagement à partager ses propres recettes avec les pays de la COI.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x