Discours-programme: des institutions en pleine mutation

Avec le soutien de
Nombre d’institutions, comme le Central Electricity Board, tomberont désormais sous la responsabilité de l’Utility Regulatory Authority.

Nombre d’institutions, comme le Central Electricity Board, tomberont désormais sous la responsabilité de l’Utility Regulatory Authority.

Le CEB et la CWA gérés par une seule entité, un nouveau rôle confié à la MTPA… Autant d’organismes que l’État passe au crible. Depuis son accession au pouvoir, le gouvernement met un point d’honneur à s’assurer de l’efficacité des institutions de l’État. En atteste la création du Public Sector Efficiency Bureau, dont le rôle est d’exercer une surveillance accrue, sous l’égide du ministère des Services financiers, de la Bonne gouvernance et des Réformes institutionnelles. Le discours-programme, présenté mardi, témoigne des intentions du gouvernement, où fusions, réinventions totales ou encore scissions sont de mise.

◗ Financial Crime Commission

Plusieurs institutions, qui tombent sous le ministère des Services financiers, devraient être appelées à fusionner pour faire partie d’une même entité, à savoir la Financial Crime Commission. Parmi elles, l’on retrouve l’Independent Commission against Corruption, la Financial Intelligence Unit et le département chargé de l’application des règlements de la Financial Services Commission.

◗ Utility Regulatory Authority

Cela fait plusieurs années qu’on reproche au Central Electricity Board (CEB) de jouer à la fois le rôle d’acheteur et celui de fournisseur. Une situation qui peut être source de conflits d’intérêts. L’annonce de la mise sur pied de l’Utility Regulatory Authority – dont la loi-cadre a été promulguée en 2008 sans être appliquée – devrait résoudre ce problème. La Central Water Authority et la Wastewater Management Authority seront aussi sous la supervision de cette nouvelle institution.

◗ La MTPA et la Tourism Authority repensées

Le gouvernement compte aussi redéfinir les rôles de certains organismes, à l’instar de la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA). Le discours-programme précise que le but de la restructuration de la MTPA est d’en faire une institution à des fins plus commerciales. Autre entité concernée : la Tourism Authority. Elle devra désormais endosser le rôle de facilitatrice pour aider ceux qui souhaitent se lancer dans les affaires liées au tourisme. L’objectif étant de réduire au maximum les coûts que cela implique d’entrer dans une nouvelle activité commerciale.

◗ La SME Bank pour remplacer la DBM ?

Il existe un projet de l’ancien régime que le nouveau gouvernement entend poursuivre : la création d’une banque pour les petites et moyennes entreprises. Toutefois, aucune information ne précise, pour l’heure, si cette banque destinée aux PME n’est autre qu’une nouvelle version de la Development Bank of Mauritius (DBM) repensée afin de mieux répondre aux besoins des petits et moyens entrepreneurs.

◗ Un régulateur pour l’océan

Le nouveau ministère de l’Économie océanique devra créer un régulateur chargé de superviser toutes les activités liées à l’exploitation des ressources marines. Le discours-programme ne s’est toutefois pas attardé sur ce volet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires