Les dissensions abordées au bureau politique du MMM

Avec le soutien de

Les prochaines semaines seront importantes pour certains des principaux partis politiques du pays. Pour le Parti travailliste (PTr), le congrès annuel et le renouvellement de ses instances auront lieu vers fin février, pour le Muvman Liberater (ML), une première grande réunion de ses instances est fixée à demain, mercredi 21 janvier, et pour le Mouvement militant mauricien (MMM), l’élection du comité central est prévue le 8 février.

La question a d’ailleurs été évoquée, hier, au bureau politique (BP) mauve. Le leader, Paul Bérenger, a parlé de certaines voix qui réclament des changements au sein du parti. Une source du BP explique à l’express que Paul Bérenger s'est exprimé sur le problème lors  d'une réunion organisée par une branche de Port-Louis, le vendredi 16 janvier, et a évoqué dans la foulée le départ de certains «dinosaures».

«Il a expliqué que les camarades du parti avaient le droit de dire ce qu’ils pensent. Il a tenu à ce que cela soit à l’agenda», indique notre source. Toutefois, elle ajoute que le leader des Mauves a insisté pour que l’on ne dramatise pas la situation.

Une campagne est bien menée actuellement, selon nos recoupements, pour la réorganisation du parti. Le slogan se résume en ces termes on ne peut plus clairs: «Tir vye met zen.» D’où ces voix qui se font entendre, surtout pour critiquer la responsabilité de certains caciques du parti dans la conclusion de l’alliance avec le PTr et la défaite électorale de décembre.

Certains membres du BP étaient également en faveur du report de la date de l’élection du comité central pour après la Maha Shivaratri, qui sera célébrée le 17 février, mais la majorité d'entre eux s’est prononcée pour le maintien de l’élection au 8 février.

Attirer des Mauves frustrés

Cette mouvance aux élans de dissidence au sein du parti n’est peut-être pas si anodine dans le contexte actuel. Le ML, mené par l’ancien leader adjoint du MMM, Ivan Collendavelloo, voit grand. Demain se tiendra la première grande réunion de toutes les instances de ce parti.

Il s’agira en fait de jeter les bases d’un parti avec des structures mieux définies, surtout après le rush dans lequel il est né, dans le contexte électoral que l'on sait, selon nos recoupements. L’ambition principale du ML, lors de cette réunion, devrait être de déterminer le meilleur moyen d’attirer des Mauves, frustrés et déçus par la direction du MMM.

«Il faudra envoyer un signal clair»

Au PTr, malgré les moments tumultueux que vit le leader Navin Ramgoolam, on affirme que le renouvellement annoncé de l’exécutif aura bien lieu. Une source au sein du parti explique que si le 23 février, date anniversaire du parti, tombe un dimanche, le congrès aura lieu le même jour. Toutefois, étant donné que cette année le 23 février tombera un lundi, «à cause de la Maha Shivaratri, il est peu probable qu’on le tienne le 22, même si ce n’est pas à écarter. Le dimanche 1er mars est  toutefois une possibilité», affirme cette source.

Si le leadership de Navin Ramgoolam n’est pas menacé, selon cette même source, cependant la base du parti s’attend à voir émerger de nouvelles têtes. «Il faudra envoyer un signal clair, surtout nommer un jeune, qui soit dynamique, à la présidence du Young Labour», laisse-t-on entendre.

Les noms d’Arvin Boolell comme secrétaire général ou de Shakeel Mohamed, chef de file du parti au Parlement, comme Deputy Leader sont cités comme idéals selon certains de la base du parti. «Arvin comme un vrai secrétaire général pourrait aider à atténuer l’effet d’un éventuel leadership fragilisé de Ramgoolam à cause de l’affaire Roches-Noires.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires