Comité central du MMM: des remous à prévoir avec l’élection de nouveaux membres

Avec le soutien de
Le leadership de Paul Bérenger fait tiquer certains membres du parti mauve.

Le leadership de Paul Bérenger fait tiquer certains membres du parti mauve.

Ce sont des élections au MMM qui risquent d’apporter leur lot de changements. Elles sont prévues le 8 février prochain pour élire de nouveaux membres au sein du comité exécutif. Et d’aucuns soutiennent que des têtes vont même tomber tandis que le leadership de Bérenger fait aussi tiquer. En effet, parmi les 103 candidats en lice pour cet exercice, ils sont nombreux à réclamer une restructuration à la tête du parti. Même si on ne le dit pas ouvertement, plusieurs tendances ont germé dans le cadre de ces élections.

Certains voudraient que Paul Bérenger abandonne le leadership, tout en restant au sein du comité comme mentor. «C’est difficile d’imaginer le MMM sans Bérenger. Mais il peut jouer le même rôle que celui que joue Anerood Jugnauth. Il garde son poste de leader de l’opposition tout en restant l’élément important du parti», déclare un membre du MMM et candidat battu aux élections générales.

Cette tendance est confirmée par un autre membre du parti: «C’est vrai que l’éventualité que Paul Bérenger prenne du recul tout en jouant un rôle important est évoquée avec insistance.» Si l’actuel leader se met en retrait, on avance que la venue d’Emmanuel Bérenger comme membre actif du MMM est souhaitée. On laisse également entendre que Reza Uteem pourrait faire un excellent duo avec le fils de Paul Bérenger pour donner un nouveau souffle au parti. Sollicité par l’express, Paul Bérenger déclare qu’«Emmanuel Bérenger n’est pas candidat. La question que je sois mentor n’a pas été discuté».

Quelques jours après la défaite du MMM aux élections législatives, certains souhaitaient qu’Alan Ganoo prenne la tête du parti. Mais peu à peu, dit-on, cette éventualité s’est estompée.

Selon les renseignements obtenus auprès des différents membres du parti, Pradeep Jeeha fait également un fort lobby pour gravir les échelons au sein de la hiérarchie du parti. Cependant, dit-on, il n’a pas que des amis parmi les Mauves.

Lors de cette élection, il y a également des risques que des têtes vont tomber. Un ancien cadre du MMM affirme que certains ne digèrent toujours pas le rapprochement avec le PTr. «À part Paul Bérenger, quelques dirigeants comme Rajesh Bhagwan, ou même Alan Ganoo, risquent de payer le prix fort car les militants les tiennent pour responsables de l’accord signé avec Navin Ramgoolam et de la défaite», dit-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires