Maisons de retraite: les autorités anglaises annoncent des poursuites contre des Mauriciens

Avec le soutien de
Evacuation des pensionnaires du Merok Park Care Home, géré par Soondressen et Maleenee Cooppen dans la nuit du mardi 9 décembre.

Evacuation des pensionnaires de Merok Park Care Home, gérée par Soondressen et Maleenee Cooppen dans la nuit du mardi 9 décembre.

«Les propriétaires des maisons de retraite qui offrent des conditions de vie déplorables à leurs pensionnaires seront poursuivis.» C'est ce qu'annonce  le ministre anglais de la Santé, Norman Lamb en faisant allusion à des Mauriciens qui tenaient jusqu'à récemment plusieurs maisons de retraite en Angleterre. Soondressen et Maleenee Cooppen, ont par la suite été sommés de fermer leurs établissements suite aux abus qu’auraient subis les pensionnaires, rapporte le journal en ligne Mail Online.

Cette affaire avait fait les gros titres des tabloïds anglais. Dans la nuit du mardi 9 décembre, les pensionnaires de Merok Park Care Home, à Surrey, ont été évacués en quatrième vitesse vers d’autres hospices. Moins de 48 heures après, un des pensionnaires, «trop faible» pour supporter ce déplacement est décédé. Et une semaine auparavant, c’est  Grantley Court, à Sutton, gérée par le même couple, qui a été sommée de fermer ses portes.

La troisième maison de retraite des Cooppen, Faygate House, à Sutton, a aussi été la cible de critiques de l’autorité anglaise Care Quality Commission (CQC) en début d’année, pour n’avoir pas tenu un registre approprié.

Taxant Merok Park Care Home de lieu dangereux, Norman Lamb a promis que des normes fondamentales seront introduites en avril 2015. Ainsi tous les employés des hospices auront à suivre une formation afin d’obtenir un nouveau certificat. Les gérants de ces établissements devront, eux, se soumettre à un test d’aptitude et de personnalité. Les autorités conseilleront aussi les familles afin qu’elles puissent installer des caméras de surveillance dans la chambre de leurs proches à l’insu des employés de ces établissements.

Les maisons de retraite qui «abusent de leurs pensionnaires physiquement et mentalement ne pourront se cacher», a  promis Norman Lamb. 

Ces mesures interviennent après qu’il a été découvert que 522 hospices et prestataires de services pour les personnes âgées, soit un sur 10 selon la CQC, ne disposaient pas des effectifs adéquats.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires