Absence d'un bloc majoritaire : élections municipales en vue ?

Avec le soutien de
La mairie de Port-Louis ainsi que celles de Quatre-Bornes et de Curepipe n’ont actuellement aucun bloc majoritaire.

La mairie de Port-Louis ainsi que celles de Quatre-Bornes et de Curepipe n’ont actuellement aucun bloc majoritaire faisant partie du conseil. 

Les mairies de Port-Louis, de Quatre-Bornes et de Curepipe n’ont actuellement aucun bloc majoritaire qui prime. Du coup, pas de quorum. Ce qui peut poser problème pour les prises de décision. Et tandis que les discussions vont bon train entre les différents partis en présence afin de trouver une entente, le MSM, lui, compte rester neutre en la circonstance.

À l’instar des conseillers orange de Port-Louis. «Nous avons déjà eu une réunion avec les instances du parti et alors que les élections sont prévues le 26 décembre, il est fort probable que les conseillers du MSM restent neutres», confie une source au sein de la mairie.

Dans la mesure où les 10 élus mauves n'arrivent pas à trouver  une entente avec leurs neuf  homologues rouges, cela implique que le MMM pourra diriger la mairie avec une équipe minoritaire – mais ayant tout de même le plus d’élus. Le hic, c’est que ce ne sera toujours pas suffisant pour constituer le quorum, qui doit être en principe de 12.

Quoi qu’il en soit, ajoute cette source, «avec ou sans entente, il faudra aller vers les élections du nouveau maire et appliquer la loi». Ce qu’elle redoute le plus, en revanche, c’est que s’il n’y a pas de majorité, la situation peut devenir ingérable avec des séances du conseil renvoyées. Raison pour laquelle, estime notre source, aller vers des élections municipales semble être la meilleure solution.

Dorine Chukowry laisse entendre, pour sa part, que s’il n’y a toujours pas d’entente entre les partis, elle proposera un nom pour l’élection du nouveau maire. Et d’ajouter que si la majorité des conseillers sont d’accord, il n’y aura pas de problème. «Au cas contraire, il faudra procéder au vote par bulletin secret. Il y a des pourparlers engagés entre les partis mais rien n’est encore finalisé.»

À la mairie de Quatre-Bornes, les conseillers du MSM ne comptent pas non plus prendre position. «Nous ne pouvons pas faire une alliance avec les conseillers du MMM ni avec ceux du PTr, surtout après les résultats des élections générales. Il faudra trouver un autre moyen pour  atteindre le quorum», souligne Shyam Khemloliva, conseiller du MSM dans la Ville des fleurs. La solution, selon lui,  étant donné qu’il n’y a pas de bloc majoritaire au sein du conseil, c’est d’aller vers «de nouvelles élections municipales et revoir la Local Government Act».

Quid de la mairie de Curepipe ? Les conseillers ont participé à des réunions de groupe de leur parti pour discuter de la situation. Mais il ressort qu’aucune décision n’a pu être prise en ce qui concerne un éventuel rapprochement entre les partis.

En attendant, plusieurs noms sont cités avec insistance, notamment ceux de Nathalie Gopee du PMSD et d’Ananda Rajoo du MMM. Pour ce qui est de la possibilité d’aller vers des élections municipales, le ministre des Collectivités locales, Anwar Husnoo, déclare que, pour l’heure, les mairies devront respecter la loi et faire leurs propres élections.

«Il n’y aura pas de renvoi. Après ces élections, nous verrons si les mairies parviennent à fonctionner normalement. Sinon, en l’absence d’un quorum, nous étudierons la question afin de voir s’il faut opter pour des élections municipales.» Le nouveau ministre précise que des amendements seront apportés à la Local Government Act dès l’année prochaine.

 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires