«Tsunami la inn permet enn rekin sap dan lamson», regrette Pravind Jugnauth

Avec le soutien de
Pravind Jugnauth au centre de dépouillement du no 8 ce matin, jeudi 11 décembre.  Lors d’un point de presse dans la soirée, il a salué ceux «qui nous ont fait confiance».

Pravind Jugnauth, au centre de dépouillement du no 8, ce matin, jeudi 11 décembre.  Lors d’un point de presse dans la soirée, il a salué ceux «qui nous ont fait confiance». 

Il a enchaîné les remerciements aux partisans de l’alliance Lepep et à la population. «Cette victoire est surtout la victoire du peuple.» Intervenant lors d’un point de presse ce soir, jeudi 11 décembre, Pravind Jugnauth a tenu à faire ressortir qu’il avait «prédit» qu’une «vague se levait ek pe vinn tsunami». Toutefois, il dit avoir un regret: «Tsunami la inn permet enn rekin sape dan lamson, me pesser la linn may dan so prop filet.»

Les critiques envers le camp adverse ont également fleuri. Le leader du MSM, élu en deuxième position au        n°8, a notamment parlé de «culture de répression, de victimisation et de menaces. Nous étions face à des dictateurs qui pensaient que tout était permis et que le pays leur appartenait». Mais, a martelé Pravind Jugnauth, «pena depot fix, pena bann mouton».

Poursuivant sur sa lancée, il a souligné qu’alors que «bann la ti pe fer lalians plis ki 9 mois, nou an peu de tan nounn vinn de lavan ek enn program ki nou pou fer vinn realite». Certaines mesures, a-t-il précisé, seront mises en œuvre d’ici les trois prochains mois. «Beaucoup de défis nous attendent, mais nous avons une équipe extraordinaire. Nous allons nous mettre au travail pour réaliser nos promesses.»

Prenant la parole à son tour, Ivan Collendavelloo, élu en tête de liste au n°19, s’est dit «fier» de «réaliser que c’est une alliance qui n’existait pas au mois d’avril» qui est sortie victorieuse de ces élections. Il a affirmé que la «population a donné une grande leçon d’humilité et de modestie à la classe politique. Nos adversaires paient le prix de leur arrogance. Je ne pouvais accepter cette arrogance et je suis parti».

Le leader du Muvman Liberater devait déplorer une «seule fausse note: le 3-0 dans la circonscription n° 14. Nou pou bizin guete kinn arive.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires