A l'affiche: Et (beaucoup) plus si affinités

Avec le soutien de

Wallace a plaqué la faculté de médecine lorsqu’il a découvert que sa petite amie avait une liaison avec l’un de ses professeurs. Depuis, il vit chez sa soeur, gagne misérablement sa vie et sort le moins possible. Son ami Allan finit néanmoins par le convaincre de l’accompagner à une soirée où, alors qu’il joue avec des aimants pour tromper son ennui, il fait la connaissance de Chantry. Entre les deux, le courant passe aussitôt. L’étincelle est là. Wallace est sous le charme et il raccompagne Chantry jusqu’à son appartement… pour découvrir que celle-ci a un compagnon.

La jeune femme lui donne quand même son numéro de téléphone en lui disant qu’elle aimerait qu’ils soient amis. Tout en acceptant, Wallace décide en son for intérieur de ne plus la revoir. Cependant, il change d’avis lorsqu’il revoit Chantry quelques jours plus tard et se rend compte qu’elle est la femme de sa vie. Un choix moral se pose alors pour Wallace : Doit-il se contenter de cette amitié avec Chantry ou doit-il espérer une histoire d’amour avec elle et ainsi la trahir ?

LA NOTE : 7/10

Mike Dowse (Frankie Wilde, Une soirée d’enfer) poursuit son mélange savammentdosé de comédieet d’indépendance truculenteavec Et (beaucoup) plus si affinités. Cette comédieromantique pose les bases d’une idylle toujours repoussée, car la jeune héroïnedu film (Zoe Kazan,impeccable) qui est désespérammenten couple etpas forcément malheureuse à la maison, rencontreun beau soir de fête estudiantineson meilleur amimasculin en la personne de Daniel Radcliffe. L’intriguese projette toujoursau conditionnel. Et si... s’interrogele titre original.

Que se serait-il passé si le soir de leur rencontre, elle avait été célibataire, s’il lui avait déclaré son attirance, s’il avait été plus entre-venant... Bonnes questions, puisque l’attraction des deux meilleurs amis est charmante à l’écran, mais malheureusement contrevenue par les principes de fidélité de l’un et de l’autre, tous deux de loyaux jeunes adultes. Alors que finalement, le boyfriend officiel de la jeune femme file mener une brillante carrière en Europe. L’amour à l’épreuve de la distance ? La question se pose devant l’insistance du désir pour cet alter ego romantique, incarné par Daniel Radcliffe, non sans amusement.

Toutefois la question que le spectateur se pose réellement est d’autre ordre. Et si le réalisateur, respectueux des conventions, avait su prendre ses distances avec les impératifs du genre, le recours aux fantaisies visuels, comme des animations poétiques qui prennent vie à l’écran, l’insolence des personnages secondaires, toujours plus sexués que les tourtereaux représentés par Radcliffe et Zoe Kazan (le meilleur ami de l’un, la soeur de l’autre), ou bien la musique délicatement pop-indie, issue du lecteur MP3 d’une première année de Master.

On a beau avoir (beaucoup) d’affinités avec les romances typiques du cinéma de Sundance, un peu plus d’originalité n’aurait pas été de refus pour épicer cet ersatz adolescent et loquace d’un Woody Allen. Mais ne vous y méprenez pas, si la transgression manque, le résultat demeure suffisamment divertissant pour abreuver les aficionados de l’apprenti- sorcier d’une romance qui a souvent fait défaut aux premiers pas de Daniel Radcliffe en tant qu’acteur, en dehors de la saga Harry Potter. À voir pour les fans du genre.

FICHE TECHNIQUE

Titre original: What If

Genre: Comédie romantique

Durée : 1 h 45

De : Michael Dowse

Avec : Daniel Radcliffe, Zoe Kazan, Adam Driver

Salles : Star Caudan, Bagatelle, La Croisette

Source : INTERNET

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires