Ilot: Ramgoolam enchaîne menaces et insultes

Avec le soutien de
Navin Ramgoolam a démontré à quel point il pouvait être vindicatif hier, mardi 2 décembre lors de son discours au Rabindranath Tagore Institute à Ilot.

(Photo d'archives) Navin Ramgoolam a démontré à quel point il pouvait être vindicatif hier, mardi 2 décembre lors de son discours au Rabindranath Tagore Institute à Ilot.

Convié à une réunion organisée par un groupe socioculturel au Rabindranath Tagore Institute à Ilot hier, Navin Ramgoolam a démontré à quel point il pouvait être vindicatif. En voulant expliquer à l’assemblée comment un Premier ministre doit avoir un caractère fort, il a plusieurs fois raconté comment il ne recule devant rien.
 
Il a pris en exemple les négociations avec la Mauritius Sugar Producers Association pour l’obtention de quelque 2 000 arpents de terre en vue de divers projets de développement. Le leader du PTr, face à leur refus de coopérer, leur a clairement dit «malbar couma mwa zot pankor zwen. Kan mo pou komens bez zot, zot pou kone» afin de les faire plier à sa demande.
 
Il a ajouté que «si to ena kapasite to lager. Si to pena, tu fermes ta gueule». Navin Ramgoolam voulait ainsi expliquer comment un Premier ministre se doit d’avoir un caractère fort afin de mener à bien les projets de société. Il a également fait ressortir qu’il vaut mieux ne pas aller contre ses principes.
 

Armé d’un fusil

 
Autre exemple de ce «caractère fort»: en racontant comment sir Anerood Jugnauth (SAJ) l’a poussé vers la politique active, il a montré qu’il n’a pas froid aux yeux et n’est pas incapable d’utiliser une arme à feu à des fins d’intimidation. Il a relaté qu’au début de sa carrière, alors qu’il faisait campagne, SAJ aurait employé un individu pour faire du bruit devant sa maison. Cela, afin de l’empêcher de dormir.
 
Au second soir de ce tapage nocturne, il est sorti, armé d’un fusil, qu’il explique être similaire à celui qui a été utilisé pour tuer John Kennedy, et il a menacé l’individu avec. Réaction: l’homme, pris de peur, aurait avoué qu’il a été payé par l’autre parti pour l’importuner.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires