Dans le jardin de… Vishnou et Devi

Avec le soutien de
Vishnou et Devi Neeliah sous leur varangue couverte. À droite, la mère de Devi, Jankamah, qui participe elle aussi aux petits travaux de jardinage. (Photos : Yance Tan Yan)

Vishnou et Devi Neeliah sous leur varangue couverte. À droite, la mère de Devi, Jankamah, qui participe elle aussi aux petits travaux de jardinage. (Photos : Yance Tan Yan)

Chez les Neeliah, à Ollier, l’on apprécie les plantes pour leur beauté et leurs propriétés nutritives ou médicinales. Un festival de couleurs et d’arômes rehaussé par le sens de l’hospitalité du couple. Découverte
 
En cette saison, alors que la chaleur se fait écrasante, notre visite chez Vishnou et Devi Neeliah, à Ollier, est un véritable bonheur. Leur jardin, qu’ils ont euxmêmes créé depuis le début des années 80, est en effet un havre de fraîcheur, où les plantes et ceux qui s’en occupent respirent la santé et la sérénité.
 
Pour commencer, Vishnou attire notre attention sur la bordure qu’il a réalisée à l’extérieur de la cour, le long du mur d’enceinte. S’y mêlent différentes espèces dans les tons de rouge (ixora et Clerodendrum splendens – photo 1), de rose (bougainvillée) et d’orange, avec le crossandre en entonnoir (Crossandra infundibuliformis) (photo 2), aussi appelé firecracker flower ou Kanakambaram, dans le Sud de l’Inde, dont il est originaire. Notre hôte nous explique que la délicate fleur à la corolle particulière y est utilisée pour faire des guirlandes qui ornent la chevelure des femmes.
 
Puis, une fois le portail de gauche franchi, nous pénétrons dans la partie avant du jardin où la verdure est omniprésente et l’entretien impeccable. Afin de protéger la pelouse et guider les pas du promeneur, des briques y ont été insérées à intervalles réguliers (photo 3). À droite, une plate-bande rectiligne d’anthuriums rose clair contraste avec le fuchsia des bractées de la bougainvillée. Pour maintenir celles-là en bonne santé, nous indiquent Vishnou et Devi, le compost fait maison et les tontes de gazon sont mis à contribution.
 
De l’autre côté du passage gazonné, «deux petits plants» de Strelitzia reginae (oiseaux de paradis) mis en terre il y a 25 ans se sont transformés en impressionnants bouquets d’environ 2 mètres de haut dont nous admirons, avec Devi, les fleurs au profil effilé (photo 4). Grâce à un tuyau d’évacuation, l’eau de pluie qui s’écoule du toit arrose les oiseaux de paradis ou remplit un fût de récupération en plastique.
 
 
 
 
 

Terre nourricière

Son amour pour la terre, Vishnou, agent de police à la retraite, dit le tenir de son père. C’est avec nostalgie que notre hôte se souvient de son enfance, où il habitait «le vieux Quatre-Bornes», vis-à-vis de l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Autrefois, poursuit-il, «Quatre-Bornes méritait vraiment son surnom de ‘ville des fleurs’ mais elle est aujourd’hui devenue ‘ville de béton’». Loin d’adhérer à cette tendance, dans sa cour, à Ollier, Vishnou cultive, outre les plantes à fleurs, un potager ainsi que des fruitiers. C’est ainsi qu’à droite de la maison, deux manguiers trentenaires des variétés Baissac et Maison Rouge portent fièrement leurs fruits. À quelques pas, un letchi rapporte lui aussi.
 
Du côté du potager (photo 5), les herbes aromatiques et plantes médicinales – ayapana, baume du Pérou, Aloe vera, citronnelle, tulsi, romarin – côtoient poireaux, artichauts, haricots, laitues et fraisiers. Un peu plus loin, au-dessus d’un garage ouvert, des grenadines attendent de prendre des couleurs (photo 6). Nos hôtes possèdent également un arbre de brède mouroum (Moringa oleifera) (photo 7) qui, en plus de sa valeur nutritive – les feuilles sont riches en vitamines A et C, calcium et protéines, notamment –, aurait des vertus antioxydantes.
 

Déstressant

Après avoir fait carrière dans l’enseignement des langues orientales, Devi est actuellement professeur de yoga. Son jardin, confie-t-elle, lui offre la possibilité de «respirer» et de se détendre. Elle aime surtout ce coin balançoire où elle s’assoit avec Vishnou tôt le matin ou l’après-midi. Ils y sont entourés d’un magnifique Oncidium «pluie d’or» et d’oeillets d’Inde (marigolds), entre autres.
 

Focus

Chez les Neeliah, les fleurs abondent en variété et en coloris. Nous en avons sélectionné trois :
 
Un iris violet, strié de jaune. 
 
Un Spathiphyllum vert.
 
Le Nyctanthes arbor-tristis (Night-flowering jasmine ou Parijat), parfumé.
 
Vous avez vous aussi un beau jardin, écrivez-nous à [email protected]
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires