Patrimoine mondial: trois musiques locales en lice après le séga typique

Avec le soutien de
Après l’Aapravasi Ghat et la montagne du Morne, le séga typique est le troisième héritage local à être inscrit sur la liste des patrimoines mondiaux de l’Humanité.

Après l’Aapravasi Ghat et la montagne du Morne, le séga typique est le troisième héritage local à être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité. 

Sans aucun doute c'est la musique la plus représentative de l’île, le séga typique local est, en effet, entré dans l’Histoire pour la plus grande joie du ministre sortant de la Culture, Mookhesswur Choonee. «C’est une fierté que le séga typique mauricien soit reconnu comme patrimoine mondial intangible de l’UNESCO», a-t-il annoncé, ce lundi 1er décembre, lors d’une conférence de presse, à Port-Louis.

Après l’Aapravasi Ghat en 2006 et la montagne du Morne en 2008, le séga local est le troisième patrimoine mauricien à être inscrit sur la fameuse liste de l’UNESCO, le 27 novembre. Le ministre en a profité pour lancer l’idée de construire un musée pour rendre hommage à cette musique.

 L’Etat ne compte pas s’arrêter là. Mookhesswur Choonee a annoncé que trois autres demandes de reconnaissance seront bientôt envoyées à l’organisation. Celle concernant les chants et danses en Bhojpuri a déjà été soumise, tandis que les autorités travaillent actuellement sur le dossier du séga tambour rodriguais et   celui du séga chagossien.

 Celui qui fait partie de la légende vivante du séga local, Marclaine Antoine s’est, lui,  félicité de cette bonne nouvelle. Le ségatier espère que cela encouragera les jeunes à se tourner vers le séga traditionnel afin que cette musique continue à vivre à travers les âges. «Ils sont plutôt pour le séga moderne», a-t-il cependant déploré.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires