Manifeste du PTr-MMM: des propositions qui reviennent

Avec le soutien de
L’introduction de la télévision privée figure pour la troisième fois au programme du PTr après 2005 et 2010. © BEEKASH ROOPUN

L’introduction de la télévision privée figure pour la troisième fois au programme du PTr, après 2005 et 2010. © BEEKASH ROOPUN

L’alliance de l’Unité et de la Modernité a présenté, le samedi 29 novembre, son programme électoral comprenant 15 mesures-phares. On y retrouve cependant des mesures proposées par le gouvernement sortant datant de 2005 et 2010.
 
La réforme électorale figure pour la troisième fois dans le programme du PTr et de ses alliés. En 2005, il s’agissait de faire un référendum. En 2010, il était question d’instituer un comité des sages pour se pencher sur une IIe République, mais aussi entamer une réforme électorale. En 2014, Navin Ramgoolam et ses alliés du jour parlent de l’introduction de la IIe République et de la réforme électorale à nouveau.
 
Pour la seconde fois, revoir le fonctionnement de la commission anti-corruption est au programme du manifeste électoral du PTr. L’objectif visé, en 2005, consistait à changer les dispositions de la loi anti-corruption. Par contre, en 2014, le PTr et le MMM souhaitent intégrer l’Independent Commission against Corruption au Serious Fraud Office.
 
S’agissant de l’introduction de la télévision privée, celle-ci figure pour la troisième fois au programme du PTr. En 2005, le manifeste de l’Alliance sociale l’annonçait déjà, tout comme celui de l’Alliance de l’Avenir en 2010. Maintenant, les Rouges et les Mauves veulent encourager l’entrée en opération des télévisions privées. On ignore toutefois quelles seront les nouvelles dispositions et si les informations y seront inclues.
 
L’Equal Opportunities Commission (EOC) figure également au programme. En 2005, Navin Ramgoolam avait parlé des pouvoirs de l’EOC, soit l’équité dans les recrutements. Malgré la mise en oeuvre du projet, le manifeste de 2014 prévoit que l’institution fasse la promotion de la méritocratie et instaure la confiance du public dans les institutions. C’est un peu les mêmes propos repris du manifeste de l’Alliance sociale d’alors.
 
Aller à la conquête de nouveaux marchés touristiques. Voilà un objectif qui revient depuis 2005. Cette fois, l’accent est mis sur les pays scandinaves et le Moyen- Orient. Le secteur devra soutenir les lignes qui pourraient desservir Maurice.
 
Le développement du tourisme médical avait aussi été mentionné en 2005. Le PTr y revient en 2014. Il s’agit de faire de Maurice une destination médicale pour les touristes.
 
Annoncée depuis 2005, la révision de la Police Act est attendue pour 2014. Cette fois, un nouveau cadre légal sera introduit et le Police and Criminal Evidence Bill sera également à l’agenda.
 
Le PTr n’a pas non plus abandonné l’idée de la création d’une cour d’appel distincte. Ce projet avait été évoqué en 2005, puis mis au placard en 2010.
 
Si ces mesures se répètent d’un manifeste à l’autre, il existe aussi une proposition que fait l’alliance de l’Unité et de la Modernité mais qui a déjà été mise en place. Il s’agit de l’accès à Internet à très haut débit à un minimum de 10 Méga bits par seconde (Mbps). Sauf que Mauritius Telecom, qui a raccordé environ 20 000 foyers, propose un débit de 10 Mbps pour un volume de données limité à 50 Giga-octets. Au niveau du prix, aucun changement, le forfait coûte Rs 949 par mois.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires