SAJ : «Bérenger regrette son choix»

Avec le soutien de
SAJ s’est attaqué à son ancien allié Paul Bérenger, laissant entendre que celui-ci était trop pressé de devenir Premier ministre.

SAJ s’est attaqué à son ancien allié Paul Bérenger, laissant entendre que celui-ci est trop pressé de devenir Premier ministre. 

«Je suis certain que Bérenger regrette le choix qu’il a fait. Il vous fait croire qu’il vous sourit, mais en fait son coeur saigne.» C’est ce qu’a soutenu sir Anerood Jugnauth (SAJ), hier soir, lors d’un meeting à la place Pierre Renaud, à Beau-Bassin, où les orateurs se sont pointés avec une heure de retard. Ce décalage a vite été dissipé avec l’arrivée des leaders de l’alliance Lepep.
 
Le leader de cette formation n’a pas été tendre envers Paul Bérenger. Il l’a qualifié d’un des «plus grands traîtres». L’ancien président de la République a fait état des négociations qui se seraient déroulées à la State House en vue du Remake 2000. De telles négociations, dit-il, ont eu lieu en présence de Rajesh Bhagwan, et Paul Bérenger aurait sévèrement critiqué le PTr, qualifiant Navin Ramgoolam de «pouritir». Selon SAJ, le leader des Mauves avait alors estimé que le pays sombrait et qu’il fallait tout faire pour le remettre sur les rails. «Sa fason linn koze vrema inn tous mo leker. Monn krwar dan so sinserite», a-t-il affirmé. 
 
Il a, d’autre part, réitéré sa promesse de porter la pension de vieillesse à Rs 5 000 mensuellement. «Nou pou done, na pena bare»,a-t-il lancé, à l’assistance. 
 
De son côté, Ivan Collendavelloo a encouragé l’électorat à se débarrasser de «sa de dimounn ki pe fer ditor pei Moris». Il considère que «le vent a changé» et que l’alliance Lepep dispose d’une «équipe parfaite» pour gérer le pays. Pour sa part, Xavier-Luc Duval, leader du PMSD, a avancé qu’il s’est séparé du gouvernement sortant parce qu’il rejette le projet de IIe République et est pour le maintien du Best Loser System. Il accuse Navin Ramgoolam de s’être servi du PMSD pendant 15 ans.
 
 
Les candidats Alain Aliphon et Anil Gayan ont, eux, contesté le projet CT Power. Le premier a précisé que l’alliance Lepep, elle, utilisera de l’énergie verte dans le respect de l’environnement à la place de ce projet. «Nu finn decide pou remet en kestion le CT power», a ajouté son colistier, Anil Gayan.
 
Par ailleurs, SAJ devait aussi dire que Navin Ramgoolam craint le Remake 2000. Paroles qu’il a réitérées lors d’un autre meeting, hier jeudi 27 novembre, à Diolle, dans la circonscription n° 16, Vacoas-Floréal. «Sa meeting 1er Mai Remake 2000 la ti pou unik sa. Enn tsunami ti pou leve. Navin Ramgoolam pa ti le sa, ti so kosmar sa», a laissé entendre le leader de l’alliance Lepep alors que des partisans scandaient «Bérenger tret».
 
«Eski dan enn bato kapav ena de kapitenn ?» a aussi martelé SAJ devant la foule importante acquise à sa cause.
 
Pour le leader de l’alliance Lepep, le système gouvernemental laissé par les Anglais est un système «démocratique». Et la IIe République envisagée par Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, a dit l’ancien président, sera source de frictions et de conflits.
 
Pour étayer ses propos, SAJ a mentionné le comité dont Navin Ramgoolam a annoncé la création en cas de conflits au sein de l’alliance rouge-mauve. «Ramgoolam dir Jugnauth pe fer demagozi. Li em linn dir kan de gran parti zwenn, oblize ena tansion», a-t-il lancé. Avant d’ajouter : «Zordi li ena toupe dir mo pe vinn met frayer dan latet dimounn.»
 
«Eski dan enn bato kapav ena de kapitenn ?» a martelé sir Anerood Jugnauth (SAJ) hier soir, à Diolle. Il s’est attaqué à l’alliance PTr-MMM devant une foule importante acquise à sa cause.
 
SAJ a également critiqué les commentaires du leader du MMM à l’égard des travailleurs du secteur sucrier qui sont en grève. L’ancien président a affirmé que quand qu’il était syndicaliste, Paul Bérenger aurait tenu des grèves illégales : «Ena travayer inn perdi travay. Zordi kan travayer pe dimann zot drwa, li dir aret lagrev sinon pou pey konsekans.»
 
Eddy Boissézon, candidat du ML dans la circonscription n° 15, La Caverne-Phoenix, a pris la parole alors que passait la chanson Solda Lalit Militan. Il a reproché à Paul Bérenger d’avoir cassé des alliances. Il a notamment cité les élections de 1982 et a déclaré qu’un an après avoir remporté la victoire, Paul Bérenger a provoqué la cassure de l’alliance MMM-PSM. «Militan inn res lor koltar. Militan anvi partisip dan developman. Sa lekip dan ML la pou liber pei», a-t-il lancé.
 
De son côté, Jacques Panglose, du PMSD, a fait une sortie en règle contre Michael Sik Yuen, candidat du PTr dans la circonscription n° 17, Curepipe-Midlands. Il a rappelé qu’en 2010, celui-ci avait déclaré qu’il faisait partie de la population générale et que cela lui a permis de bénéficier d’un siège de Best Loser et même d’être ministre. Or, cette fois, il a fait acte de candidature aux élections en tant que sino-mauricien. Pour Jacques Panglose, Michael Sik Yuen serait «assoiffé de pouvoir».
 
Par ailleurs, Jacques Panglose a aussi condamné la sortie de Navin Ramgoolam contre Ameena Gurib-Fakim, la candidate au poste de président présentée par l’alliance Lepep.
 
Le Premier ministre avait déclaré que «dan liniversite pann trouv li bon, aster li pou vinn bon pou vinn prezidan larepiblik !» Le secrétaire du PMSD a loué «l’intelligence et la reconnaissance mondiale» de l’ancienne pro-vice chancelière de l’université de Maurice : «Kan pou nomm Ameena Gurib Fakim kouma prezidan, Navin Ramgoolam agase. Se enn dimounn ki reconnu mondialement, li enn fierte pou sa pei-la.»
 
Des journalistes de la MBC ont tenté de couvrir le meeting mais des partisans leur ont demandé de partir.
 
 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires