Au no 2: Mahomed, Peeroo et Uteem interrogés sur le cas Kee Chong

Avec le soutien de

André Lee, porte-parole du Regroupement des associations sino-mauriciennes.

Les Mauriciens d’origine chinoise se sentent lésés par la non-candidature du député sortant Kee Chong Li Kwong Wing pour le scrutin du 10 décembre. Nombreux sont ceux qui ont fait part de leur indignation lors de la rencontre qu’ils ont eue avec les candidats de l’alliance de l’Unité et de la Modernité de la circonscription n° 2 à la pagode Tien Tian à Port-Louis hier soir, jeudi 20 novembre. 
 
André Lee, porte-parole du Regroupement des associations sino-mauriciennes, a donné le coup d’envoi des hostilités lors de la séance de questions-réponses. Il a dit ne pas avoir eu de réponse de Navin Ramgoolam et Paul Bérenger sur les raisons pour lesquelles Kee Chong Li Kwong Wing, soit le seul député  mauve sortant n'a pas obtenu d’investiture.
 
André Lee a indiqué avoir bien reçu une réponse à la  lettre envoyée au leader mauve. Mais déplore que le Premier ministre n’ait même pas daigné lui faire parvenir un accusé de réception. Il dit espérer que les deux dirigeants viendront avec une explication lors de la rencontre prévue prochainement au Heen Foh Hall.
 
Bernard Li Kwong Ken a enchaîné en dénonçant «le communalisme scientifique» qui mène «au non-respect de la méritocratie». «La perception est que la communauté chinoise pa pe gayn respect ki li merite», a fait ressortir le travailleur social, tout en soulignant qu’il n’y a pas de communauté majoritaire à Maurice. Car, en fin de compte, dit-il, «nous sommes tous minoritaires».
 
Un autre intervenant, lui, a déploré que Sylvio Tang n’ait pas été candidat quoiqu’il ait passé ces quatre dernières années à labourer la circonscription. Il  estime que la tradition a été bafouée au n° 2  du  fait qu'un membre de la communauté sino-mauricienne a toujours été aligné dans cette circonscription.
 
Évoquant la «tolérance» légendaire des Mauriciens d’origine chinoise, il affirme que ceux-ci sont également très présents aux nos 5, 17, 18 et 20. Il demande pourquoi Kee Chong Li Kwong Wing n’a pas été choisi malgré ses compétences. L’ancien ministre travailliste dit «espérer que le camarade Sik Yuen soit élu» mais se demande qui va représenter la communauté si tel n’est pas le cas. Il a invité l’auditoire à «servi zot lespri e zot bons sens» pour le scrutin du 10 décembre.
 
Les candidats Razack Peeroo et Reza Uteem ont salué les «valeurs» des Mauriciens d’origine chinoise pour le dur labeur ainsi que leur contribution au développement économique du pays. Ils ont aussi évoqué la discipline du parti quant au choix des candidats dans chacune des circonscriptions.
 
Razack Peeroo a promis de faire installer des drains et des trottoirs dans la circonscription et de combattre le chômage. Osman Mahomed a parlé, lui, des lampadaires fonctionnant à l’énergie solaire sur le parcours de santé de la montagne des Signaux que la commission Maurice île durable va installer. De son côté, Kee Chong Li Kwong Wing a par un discours sobre essayé de calmer le jeu.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires