Les candidats ont «tiré au sort» leur appartenance ethnique

Avec le soutien de
Les candidats de Lalit ont procédé à un tirage au sort, au siège du parti à GRNW, ce jeudi 20 novembre.

Les candidats de Lalit ont procédé à un tirage au sort au siège du parti, à GRNW, ce jeudi 20 novembre, pour décider dans quelle catégorie ils s'inscriront lors du Nomination Day.

«Il s’agit d’une action pour dénoncer la classification des candidats et des élus», a expliqué Ram Seegobin, lors d’une conférence de presse au siège de Lalit, à GRNW. En effet, le parti a procédé à un tirage au sort, ce jeudi 20 novembre, pour déterminer l’appartenance ethnique de ses candidats. Un exercice qui s’est tenu en prélude au Nomination Day ce lundi.

La nouveauté cette année : les candidats ont eu l’occasion de choisir entre cinq carrés de bois au lieu de quatre. En effet, en sus des carrés sur lesquels sont inscrits «H» pour hindou, «M» pour musulman, «S.M» pour sino-mauricien et «G.P» pour population générale, un cinquième carré dépourvu d’une quelconque lettre a été ajouté. Celui-ci représente le cinquième casier sur le Nomination Paper, qui permet aux candidats de ne pas décliner leur appartenance ethnique.  

Après le tirage au sort, les candidats ont chacun signé une lettre qui sera remise à la commission électorale, signifiant leur intention de ne pas être considéré pour un siège de Best Loser. Elle stipule aussi leur refus d’être inclus dans les calculs de nature communale pour les besoins des allocations de sièges de Best Loser.

«On croit que tout député doit représenter sa circonscription et le programme politique de son parti. Deux choses qui n’ont rien à avoir avec le communalisme», a souligné Lindsay Collen, membre du parti.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires