La Mauritius Planters' Association poursuit l’Etat

Avec le soutien de
Jagdish Govardhan, représentant et co-ordinateur de la MPA, dénonce le manque d’efforts de l’Etat pour la réduction de la consommation de pesticides chimiques.

Jugdish Goburdhun, représentant et co-ordinateur de la MPA, dénonce le manque d’efforts de l’Etat s'agissant de la réduction de l'utilisation de pesticides chimiques dans les plantations.

«Corriger les injustices dont les petits planteurs sont victimes.» C’est dans ce but que la Mauritius Planters' Association Co-Operative Society Ltd (MPA) a déposé deux plaintes en Cour suprême contre l’Etat, le ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire, le Mauritius Sugar Syndicate, le Sugar Insurance Fund Board (SIFB) et la Mauritius Cane Industry.

Face à la presse, ce mercredi 19 novembre, Jugdish Goburdhun, le représentant de la MPA, a tiré à boulets rouges sur Navin Ramgoolam et son gouvernement, se plaignant de l’endettement et des pertes enregistrées par les petits planteurs.

Dans sa plainte, datée du 3 novembre dernier, la MPA soutient que les frais d’enregistrement dont elle doit s’acquitter auprès de la SIFB est une mesure «anticonstitutionnelle, illégale et injuste». Cet enregistrement est onéreux, alors que la SIFB dispose de plus de Rs 6 milliards en réserve, devait souligner Jugdish Goburdhun.«Se enn crimm kinn fer ar sa pei la», s’est-il exclamé.

Le porte-parole de l’association a, d’autre part, salué la promesse de Vishnu Lutchmeenaraidoo, de l’alliance Lepep. Ce dernier a en effet annoncé l’abolition des frais d’enregistrement à la SIFB.

La MPA a également tiré la sonnette d’alarme par rapport à l’utilisation de pesticides et d’insecticides à Maurice. L’importation de fertilisants chimiques nocifs à la santé s’élève à Rs 1,5 milliard, a avancé l’ancien ministre.

Selon Jugdish Goburdhun, «Navin Ramgoolam ne veut pas soutenir le Natural Farming, car il protège des agents importateurs d’insecticides». La MPA plaide en faveur de l’aide de l’Etat pour une nouvelle façon de cultiver la terre : le Zero Budget Natural Farming. Il s’agit d’une méthode qui ne requiert pas de produits toxiques et qui permettrait de consommer seulement 10 % de l’eau utilisée actuellement par les planteurs.

La MPA a, par ailleurs, apporté son soutien aux artisans et employés de l’industrie sucrière actuellement en grève. «Suite à de nombreuses injustices, plus de 25 000 sur 38 500 petits planteurs ont dû arrêter de cultiver la canne en 10 ans», s’est exclamé le porte-parole de l’association.  Jugdish Goburdhun a affirmé avoir rencontré Ashok Subron, le négociateur du JNP, la semaine dernière en ce sens.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires