Mouvement travailleurs mauriciens: «Si les deux grands blocs ont la majorité, nous serons en danger»

Avec le soutien de
Jacques Thomas, le secrétaire du Mouvement travailleurs mauriciens, demande à la population de s’affranchir des considérations communales et du quota ethnique.

Jacques Thomas, le secrétaire du Mouvement travailleurs mauriciens, demande à la population de s’affranchir des considérations communales et du quota ethnique.

«Il faut empêcher les deux grands blocs politiques d’avoir une majorité absolue. Sinon, nous serons en danger.» Pour Jacques Lucien Thomas, le secrétaire du Mouvement travailleurs mauriciens (MTM), les alliances Lepep et de l’Unité sont «dépassées». Il s’exprimait lors d’un point de presse du mouvement hier, mardi 11 novembre, au centre social Marie Reine de la Paix, à Port-Louis.
 
«Ils ont déjà dirigé ce pays, quels changements ont-ils amené? Les pauvres sont devenus plus pauvres et des lois anti-travailleurs ont été créées», lancent les membres du MTM. Le «vrai changement» se fera à travers une nouvelle équipe, estiment-ils.
 
Le MTM se veut ainsi être une alternative. Une dizaine de candidats se présenteront pour les prochaines élections générales. «Bizin donn enn koreksyon sa de blok la. Nou bar larout. Nou kouma bann chien de garde», affirment-ils. Selon eux, «il faut des représentants de la classe pauvre. Dan Parlement, zot protez zis gro palto. Tou dimoun lors la paille.»
 
Jacques Lucien Thomas devait, par ailleurs, lancer un appel particulier aux Mauriciens. D’après lui, il est indispensable que la population s’affranchisse du quota ethnique et des considérations communales et castéistes. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires