Candidats PTr-MMM: plus de sang neuf chez les Rouges

Avec le soutien de
Les trois candidats sélectionnés par le PTr pour représenter l’alliance de l’Unité et de la Modernité au no 7, Mahend Gungapersad (à g.), Raj Pentiah (au centre), deux nouveaux venus et Jai Prakash Meenowa.

Les trois candidats sélectionnés par le PTr pour représenter l’alliance de l’Unité et de la Modernité au no 7, Mahend Gungapersad (à g.), Raj Pentiah (au centre), deux nouveaux venus, et Jai Prakash Meenowa.

Onze des 60 candidats de l’alliance de l’Unité et de la Modernité brigueront les suffrages aux législatives pour la première fois. Sur ce total, force est de constater que c’est le Parti travailliste (PTr) qui fournit la grosse majorité des nouveaux visages, huit pour être plus précis. Contribuant, du coup, au rajeunissement de la liste rouge. L’entrée en scène de ces nouvelles têtes a été rendue possible après l’élimination de pas moins de 17 députés, dont 12 ministres.

Pour commencer, c’est un jeune issu du Young Labour qui obtient l’unique ticket rouge de la circonscription no 3, où Shakeel Mohamed n’était pas le bienvenu. Il s’agit d’Abdallah Goolamallee, 29 ans, membre du PTr depuis 2011. C’est au no 2 qu’il devait obtenir un ticket, mais le retour surprise à la politique active de Razack Peeroo, à 69 ans, l’a fait bouger vers d’autres pâturages. Cet ancien journaliste est chargé de cours en communication à l’EIILM University – une institution appartenant à la famille Jeetah –, et à l’université des Mascareignes.

Un des colistiers mauves du jeune travailliste au no 3 n’est autre qu’Aslam Hosenally, conseiller municipal du MMM et lord-maire de 2012 à 2013. C’est à 48 ans qu’il obtient enfin l’opportunité de devenir député de la région, après de longues années au sein du MMM. Cet ancien ébéniste devenu homme d’affaires était en concurrence avec Zaid Ameer, importateur de véhicules de seconde main, également militant de longue date et Hossen Gendoo, qui était encore dans la course jusqu’à la toute dernière minute.

D’autre part, même si c’est un visage que tous les militants connaissent, Jimmy Chourimoootoo du MMM, candidat au no 4, à 47 ans, il brigue les suffrages pour la première fois. Ancien président de l’aile jeune, il est considéré comme le bras droit de Joe Lesjongard dans cette circonscription. Il a donc pris la place de ce dernier, qui a, lui, été contraint de rejoindre Alan Ganoo au no 14 après l’alliance conlue avec le PTr.

Deux novices au no 7

Au no 7, face à des ténors comme sir Anerood Jugnauth et Vishnu Lutchmeenaraidoo, le PTr a choisi de faire confiance à deux novices. Mahend Gungapersad, encore recteur du Rabindranath Tagore Institute il y a deux semaines, tentera de relever le défi. Cet homme de 45 ans a été approché par le parti pour se lancer en politique, chose à laquelle il ne s’était jamais frotté auparavant.

Alors que l’alliance Lepep est allée chercher un magistrat pour se mesurer à Navin Ramgoolam dans son fief, l’alliance de l’Unité et de la Modernité en a fait de même en proposant un ticket au Senior Magistrate de la cour intermédiaire, Raj Pentiah. Il était auparavant posté à la cour de Flacq et est généralement bien vu par ses pairs du judiciaire et du parquet. C’est Ramdass Ellayah qui en fait les frais alors qu’il avait démissionné de la présidence du Mauritius Telugu Cultural Centre Trust pour se lancer dans la campagne électorale, en espérant obtenir un ticket dans la circonscription.

Au no 8, Navin Ramgoolam a préféré une femme à un ancien de la circonscription, Suren Dayal. Jayshree Mohabeer, une habitante de cette circonscription, est une femme entrepreneur issue d’une famille qui a des liens étroits avec le PTr. Elle pousse donc Suren Dayal au no 15.

Le gendre de Kailash Purryag, Ritish Ramful, au no 12

Sundee Beedassy, quant à elle, est loin d’être une nouvelle venue en politique. Mais, si elle a été à plusieurs reprises conseillère municipale à Curepipe, notamment en 1991, elle passe désormais à l’étape supérieure avec son ticket au no 11. Sa candidature est une petite surprise car Paul Bérenger l’a préférée à Dave Kissoondoyal, qui était pratiquement certain d’obtenir un ticket.

Au no 12, comme annoncé depuis plusieurs semaines, c’est le gendre de Kailash Purryag, Ritish Ramful, qui a obtenu l’unique ticket rouge. Cet avocat de 35 ans occupe le terrain depuis plusieurs semaines déjà. Entre Vasant Bunwaree – dont il a pris la place –, et lui, ce n’est pas le grand amour. Le ministre de l’Éducation sortant s’en est même pris au président de la République, qu’il accuse de faire campagne pour son gendre.

L’homme d’affaires Ezra Jhuboo, fils de l’ancien député travailliste Bika Jhuboo, est, pour sa part, le nouveau visage du PTr au no 14. Le directeur de Trimetys, âgé d’une trentaine d’années, opère dans les secteurs de l’agroalimentaire, de l’immobilier et de l’hôtellerie.

Au no 20, Danisha Sornum est la nouvelle tête du PTr. La jeune femme s’est surtout fait connaître à travers l’Equal Opportunities Commission et un livre sur Renganaden Seeneevassen. C’est dans le domaine légal qu’elle a fait ses études.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires