Augmentation de la pension de vieillesse: «Rs 5 000 pas suffisant», selon Sylvio Michel

Avec le soutien de
Sylvio Michel compte publier un livre intitulé «Combat Fraternel».

Sylvio Michel compte publier un livre intitulé «Combat Fraternel».

Il est catégorique. La proposition de l’alliance Lepep d’allouer Rs 5 000 aux pensionnaires est loin d’être la solution au problème de la pauvreté à Maurice, selon Sylvio Michel, leader des Verts Fraternels. Raison : le seuil de pauvreté est passé de Rs 5 000 à Rs 6 200. «Vous n’avez qu’à faire un tour sur le site web de la National Empowerment Foundation pour constater cela», a-t-il soutenu lors d’un point de presse, ce vendredi 7 novembre, à l’hôtel Saint-Georges, à Port-Louis.

Ainsi, le leader des Verts Fraternels estime que L’alliance Lepep aurait dû offrir Rs 6 200 au lieu de Rs 5 000. Et pour trouver cette somme, Sylvio Michel propose de «taxer les riches».

Il a ensuite tenu à mettre en garde la population contre les propositions des grands partis en cette période. «Avan eleksion kapav fer labous dou», indique-t-il. Mais, qu’ils n’oublient pas que «Maurice a Rs 297 milliards de dette publique».

Les Verts Fraternels ont ensuite concentré leurs tirs sur Xavier-Luc Duval et sir Anerood Jugnauth. Selon eux, le leader du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) n’aurait pas grand-chose à proposer. Sylvio Michel n’a pas manqué de dénoncer le «faux pas» de sir Anerood Jugnauth. Ce dernier ayant déclaré que «les petits partis risquent de disperser les voix», selon lui. Pour le leader des Verts Fraternels, ceci remettrait en cause le droit des personnes à participer aux élections générales. Et d’ajouter que «zot pe gagn per zot pa eli».

Dans la foulée, Sylvio Michel a réclamé les mêmes droits que les «deux grandes alliances». Soit, le même espace dans les médias qui, à ses dires, perpétuent le monopole des deux principaux blocs politiques. «Si cela continue, Maurice n’aura que deux options», déclare-t-il.

D’autant plus que les moyens financiers leur font défaut pour mener à bien la campagne. «Une banderole coûte Rs 900. Lors des réunions nocturnes il faut jusqu’à Rs 10 000 pour les tentes. De plus, vous avez la sono avec», explique Sylvio Michel.

Quant à l’éventualité d’une alliance avec un autre parti, les Verts Fraternels disent ne pas y songer. «Chacun a son objectif et son idéologie», a fait ressortir Sylvio Michel. C’est pour cette raison d’ailleurs que cela n’a pas marché avec le Parti Action Libérale (PAL), dit-il. «PAL, ce n’est pas du sérieux. Ils n’avaient pas vraiment de programme.»

Répondant à la question d’un journaliste qui souhaitait savoir si aller seuls aux élections ne va pas mener les Verts Fraternels à l’échec, Sylvio Michel rétorque: «Si nous parvenons à entrer au Parlement, nous donnerons du fil à retordre aux grands partis.» Et d’avancer qu’il croit en la victoire du Parti Justice Social et celui d’Ensam Nou Kapav.

D’autre part, Sylvio Michel a annoncé qu’il compte publier un livre de 500 pages, intitulé «Combat Fraternel». Cependant, il ne précise pas la date de publication de cet ouvrage car, dit-il, il a un emploi du temps très chargé.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires