Meurtre de Rosita Cupidon: trois nouveaux suspects entendus

Avec le soutien de

Le corps de Rosita Cupidon avait été retrouvé, le mercredi 29 octobre, à Terre-Rouge, Rodrigues. 

La CID de Port-Mathurin met les bouchées doubles afin de résoudre l’enquête sur le viol, suivi du meurtre de Rosita Cupidon. Trois personnes ont été entendues hier, vendredi 31 octobre. Elles ont ensuite été autorisées à partir.
 
Et la police a procédé, jeudi, à l’arrestation de deux hommes. Il s’agit de Jean Daniel Larose, un maçon de 30 ans, et Jean Mico Perrine, alias Riben, âgé de 31 ans, un neveu de la victime.
 
Cette dernière, une habitante du village de Terre-Rouge, à Rodrigues, avait été retrouvée, morte, le mercredi 29 octobre dans la cour de son neveu et voisin. L’autopsie, pratiquée par le chef du service médico-légal de la police, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, a établi qu’elle a été torturée avec une paire de petits ciseaux et qu’elle a également été violée. L’exercice a conclu que Rosita Cupidon, 65 ans, est morte après avoir eu le crâne fracturé en deux.
 
Ce crime a semé la stupeur et la consternation dans le village de Terre-Rouge. Un témoin qui habite de l’autre côté de la rivière qui traverse la localité, affirme avoir entendu des cris la nuit du drame. «An fe mo ti rant lakaz kot mwa ver 10 hr aswar. Monn tann enn kri ek sa dimounn ti pe krie la monn tann li dir Johnny. Ler monn tann sa monn ekoute me apre mo pann tann narnie. Lerla monn rant andan. Me se ki finn intrig mwa seki bann lisien ti pe irle», déclare-t-il. Et d’ajouter que juste après il y a eu une coupure d’électricité. «Lerla mo finn retann krie ankor. Monn resorti deor mo pa trouv narnien. Me mo finn tann bann tapaz kouma dir pe tape avek enn zafer, kapav enn dibwa.»
 
Une habitante raconte que «Matante Rita» était très appréciée par son entourage et ses voisins. «Li ti enn extra bon dimoun. Si toultan ti kontan ed tou dimounn. Li pa ti merit pou mor koumsa dan sa fason la», dit-elle avant de fondre en larmes. 
 
Selon certaines sources, il se pourrait que la victime ait été tuée pour de l’argent. «Matant Rita ti fek gagn larzan dal semenn pase», affirment certains. Elle aurait obtenu un chèque d'un montant de plus de Rs 65 000 de l’Assemblée régionale de Rodrigues pour la rénovation de sa maison. Les enquêteurs privilégient la thèse d’un vol qui aurait mal tourné.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires