SAJ: «Sapp mo piti ? Kisann la pe noye ? Pouritir bizin netoye !»

Avec le soutien de
SAJ a énuméré douze promesses électorales à la foule venues assister au meeting de l’alliance Lepep, à Vacoas, ce dimanche 12 octobre.

SAJ a énuméré douze promesses électorales à la foule venue assister au meeting de l’alliance Lepep, à Vacoas, ce dimanche 12 octobre. 

«On me dit qu’il ne faut pas que Pravind Jugnauth soit candidat, parce qu’il y a une affaire judiciaire contre lui. Mo dir zot : pena okenn case cont li !» Selon sir Anerood Jugnauth, le fait que son fils ait été accusé dans l’affaire Medpoint est dû uniquement à la volonté de Navin Ramgoolam de mettre à bas ses adversaires politiques.

Durant son discours à Vacoas, lors du meeting de l’alliance Lepep, l’ancien président a déclaré que s’il était convaincu de la culpabilité de son fils, il n’aurait pas accepté qu’il se porte candidat. «Me azordi ou kone ki manyer Ramgoolam pe servi la lwa ek bann institisyon pou reprim so bann adverser !» s’est-il exclamé. «Sapp mo piti ? Kisann la pe noye ? Pouritir bizin netoye», a-t-il aussi lancé à l’intention de ceux qui ont questionné les raisons de son retour sur la scène politique.

Selon SAJ, Navin Ramgoolam est un «symbole d’immoralité » qui a mené à une «dégradation des mœurs dans la société». Il y a «un dégoût de la population par rapport à ce qui se passe dans ce pays», devait-il avancer. Navin Ramgoolam est d’ailleurs «responsable» de nombreux maux, estime-t-il, citant notamment «la pauvreté, le coût de la vie, l’immoralité, le law and order, l’insécurité».

> Sir Anerood Jugnauth s’attaquant à Navin Ramgoolam.

S’attaquant également à Paul Bérenger, qu’il traite de «Judas», SAJ a rappelé que c’est à sa demande de «nettoyer le pays» qu’il a quitté le Réduit, et non pour «sapp mo piti». Il s’est une nouvelle fois insurgé contre la «traîtrise» de son ancien allié, qui est devenu, selon lui, «le dernier des malpropres». L’ancien président de la République a soutenu qu’il garde le même objectif en tête : nettoyer le pays de la «pourriture». «Bérenger ti dir Ramgoolam pouritir, aster li pe al frot frote», a-t-il vociféré.

Par ailleurs, le leader de l’alliance Lepep a énoncé les «douze priorités» de la coalition MSM-PMSD-ML auxquelles celle-ci donnera toute son attention. La première concerne le permis à points, qui est d’après lui une manière de «piéger les chauffeurs» pour «engraisser la caisse gouvernementale». Il a annoncé que ce règlement sera revu.

La nouvelle carte d’identité sera aussi revue, a-t-il promis. Ce projet n’était ni «une nécessité, ni une priorité», a fait valoir SAJ, qui s’est insurgé contre le fait que le gouvernement y ait investi Rs 1,3 milliard.

En ce qui concerne l’audiovisuel, la MBC «sera réorganisée pour être au service de la population, et non un outil de l’Etat». Il promet aussi que la télé privée sera une réalité dès son retour au pouvoir, «comme la radio privée».

En cas de victoire de l’alliance Lepep, une loi sur la déclaration des avoirs des élus devrait aussi voir le jour, à en croire SAJ. Celle-ci ne devrait pas seulement concerner les revenus mais aussi tous les biens immobiliers et propriétés acquises sous des prête-noms. Il promet des enquêtes minutieuses pour retracer ceux qui font appel à des tiers pour acquérir des biens.

SAJ promet «l’indépendance de la police et de l’ICAC» et affirme qu’il permettra aux membres de la force policière de se syndiquer. «Il n’y aura pas d’interférences», annonce-t-il. Pour les jeunes, il soutient que le pays sera entièrement doté du réseau wi-fi et de la connexion Internet, et promet que cette dernière sera «améliorée».

Autre promesse : la «transparence» et la «méritocratie» dans les recrutements effectués par la Public Service Commission. SAJ annonce, par ailleurs, une commission d’enquête sur la drogue, la baisse du prix de l’essence et du diesel, l’augmentation de la pension de vieillesse et l’introduction d’un salaire minimum pour les travailleurs.

Publicité
Publicité

L’alliance PTr-MMM scellée, l’on s’active sur le terrain. Les partis d’opposition ne sont pas en reste. L’heure est à la mobilisation : meetings, réunions nocturnes ou encore les bruits de campagne… Retrouvez toute l’actualité sur ces législatives 2014 sur lexpress.mu.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires