Alliance Lepep: SAJ invité à surveiller son langage

Avec le soutien de
Sir Anerood Jugnauth lors d’une conférence de l’Alliance Lepep le 27 septembre, à l’hôtel Labourdonnais.

Sir Anerood Jugnauth, lors d’une conférence de l’Alliance Lepep, le 27 septembre, à l’hôtel Labourdonnais. 

Son franc-parler peut amuser la galerie, du haut d’une caisse de savon, mais pas lors d’une rencontre avec la presse. Surtout si celle-ci est filmée par la station de télévision nationale et qu’elle ne va aucunement s’en priver pour l’utiliser contre lui. C’est l’analyse faite à sir Anerood Jugnauth, hier, mercredi 1er octobre, par ses principaux lieutenants, lors de la première rencontre entre la direction de l’Alliance Lepep, à La Caverne. Les représentants du Muvman Liberater (ML) étant indisponibles, ceux du Mouvement socialiste militant (MSM) et du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) sont allés de l’avant avec un post-mortem de la conférence de presse de samedi dernier afin que certaines «erreurs» ne soient pas rééditées cette semaine.
 
Le leader de l’Alliance Lepep a ainsi été invité par ses principaux lieutenants à ne plus réagir au quart de tour face aux questions des journalistes. Et à bien surveiller son langage, même si ces derniers se montrent impertinents. On lui a suggéré, entre autres, de ne faire aucun jeu de mots déplacé, comme il l’a fait samedi dernier quant à la proximité du président Kailash Purryag avec la famille Ramgoolam.
 
Sur ce point, sir Anerood Jugnauth a admis à ses lieutenants que la question qui lui avait été posée par l’express, lors de la première conférence de presse de l’Alliance Lepep, samedi dernier, l’a grandement irrité. Il avait été invité à dire s’il trouvait «normal» ou «moral» le fait qu’il a négocié une alliance entre le Parti travailliste (PTr) et le MSM en 2010 alors qu’il occupait les fonctions de président de la République.
 
En guise d’explications, l’ex-président a répondu qu’il n’a eu qu’une «conversation privée» avec Navin Ramgoolam quand celui-ci a proposé de le reconduire à son poste de président. Il  avoue avoir demandé au chef du gouvernement de cesser toute négociation avec Paul Bérenger, le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) et de discuter plutôt avec son fils Pravind Jugnauth, leader du MSM, avant de revenir vers lui.
 
C’est en élaborant  sa réponse qu’il s’en est pris à Kailash Purryag. D’autant que celui-ci l’a critiqué lors d’une cérémonie en l'honneur de sir Seewoosagur Ramgoolam la veille. Sir Anerood Jugnauth a alors invité l’express à s’intéresser au locataire du Réduit, l’accusant de faire campagne pour son gendre au no 12.
 
La réunion d’hier a aussi été l’occasion pour l’état-major du MSM et du PMSD de revenir sur le sujet brûlant de la logistique pour la tenue du meeting du 12 octobre. Prévoyant que la Compagnie nationale de transport (CNT) boycotterait sûrement l’Alliance Lepep, la décision a été prise de tabler sur l’United Bus Service (UBS) ainsi que les moyens alternatifs de transport pour conduire les partisans jusqu’à Vacoas.
 
Une réunion de mobilisation est donc prévue à 14 heures, aujourd’hui, au Sun Trust, pour passer en revue tous ces détails. D’autres sous-comités sont déjà à l’oeuvre afin que la bataille de foule soit gagnée face à l’alliance PTr-MMM.
Publicité
Publicité

L’alliance PTr-MMM scellée, l’on s’active sur le terrain. Les partis d’opposition ne sont pas en reste. L’heure est à la mobilisation : meetings, réunions nocturnes ou encore les bruits de campagne… Retrouvez toute l’actualité sur ces législatives 2014 sur lexpress.mu.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires