Le MSM brandit les risques d’instabilité sous un gouvernement rouge-mauve

Avec le soutien de
 Sir Anerood Jugnauth lors d’un congrès à La Source hier, vendredi 19 septembre. © PRAKASH RUNJEET

 Sir Anerood Jugnauth, lors d’un congrès à, La Source hier, vendredi 19 septembre. © PRAKASH RUNJEET 

La cause était entendue, semblait-il, hier soir, vendredi 19 septembre, à La Source, où se tenait un congrès du Mouvement socialiste militant (MSM), qui avait pris des allures de meeting. Les différents orateurs ont exhorté l’électorat à ne pas voter pour l’alliance Parti travailliste-Mouvement militant mauricien (PTr-MMM) parce que, disent-ils, le leader des Rouges est un «jouisseur» et celui des Mauves un «traître». Et que la IIe République, que les deux veulent instaurer, est porteuse «d’instabilité» en son sein.
 
En revanche, il y a mille et une raisons, avancent-ils, pour voter pour leur parti, le MSM. Raisons que Maya Hanoomanjee, députée de la circonscription no 14 (Savanne-Rivière-Noire), invitée à se rendre de «lot kote simin» pour dire leur fait aux habitants de la circonscription no 18 (Belle-Rose-Quatre-Bornes), raisons qu'elle a résumées en faisant référence  à «du pain sur votre table, des vêtements à se mettre sur le dos et un logement décent». À cela, Pravind Jugnauth, leader du MSM, en a ajouté d’autres qui constitueront l’épine dorsale du programme de son parti qu’il a qualifié «d’alternative crédible, correcte et compétente».
 
Il a cité par exemple, l’instauration d’un minimum vital pour ceux au bas de l’échelle, la révision du système fiscal pour ressusciter les petites et moyennes entreprises, un investissement massif dans l’éducation, la formation et la recherche, la création d’emplois pour passer à l’étape supérieure de la cybercité, l’application du concept d’île hors taxes, la révision de l’ordre et la paix publics, une traque sans relâche contre les barons de la drogue et une révision des infrastructures routières.
 
Sir Anerood Jugnauth, de son côté, a repris les thèmes qui lui sont chers avant d'avancer que si dans d’autres pays la situation était comme à Maurice, les peuples se soulèveraient. «Mais bien sûr dans Maurice, nou ena enn lepep admirab. Kontinie admire ! Mo espere ki lepep inn komans rezone. Zot pa bet me parfwa zot deklar bet. Sa fwa la si lepep pa ouver so lizie, mo pa pou ena pitie si zot le al ver le swisid.»
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires