Après un voyage en Guinée: atteint de malaria, il déclenche une alerte au virus Ebola

Avec le soutien de
Un patient avait été placé en cellule d’isolement à l’hôpital de Souillac hier, mercredi 17 septembre, parce qu’il manifestait des symptômes semblables à ceux du virus Ebola.

Un patient avait été placé en cellule d’isolement à l’hôpital de Souillac hier, mercredi 17 septembre, parce qu’il manifestait des symptômes semblables à ceux du virus Ebola.

Ouf de soulagement. Le patient qui manifestait des symptômes semblables à ceux du virus Ebola souffre, en fait, de la malaria. C’est ce qu’indiquent les résultats des tests pratiqués jusqu’à fort tard hier soir sur le sujet. Les soins nécessaires lui ont été prodigués à l’hôpital de Souillac où il avait été placé en quarantaine.
 
Le protocole contre l’épidémie Ebola avait été enclenché hier lorsque le patient s’est présenté à l’hôpital du Nord. Les autorités n’ont pas voulu prendre de risques et ont préféré diriger le patient, sujet à de fortes fièvres et à des faiblesses, vers la salle d’isolement de l’hôpital de Souillac.
 
Tout porte à croire que le patient a contracté la malaria lors d’un séjour en Afrique. Il est revenu à Maurice après un voyage de trois mois en Angleterre et en Guinée, un pays de l’Afrique de l’Ouest touché par l’épidémie Ebola. Mais il aurait menti aux autorités sanitaires à son retour au pays, le 11 septembre.
 
Il a, un effet, affirmé qu’il s’était rendu au Mali, un pays pas encore frappé par l’épidémie. Aux dernières nouvelles, il risque des poursuites pour avoir menti aux autorités à propos de son dernier lieu de séjour.
 
Dimanche, le patient a commencé à se plaindre de faiblesses. Mardi, il s’est rendu au cabinet d’un médecin privé dans la capitale. Ce dernier, jugeant son état sérieux, l’a aussitôt dirigé vers l’hôpital. C’est le récit fait par ses proches, rencontrés à leur domicile hier. Ils affirment avoir reçu la visite des inspecteurs sanitaires. «Ils nous ont demandé de ne pas entrer dans la chambre qu’il (le patient ; NdlR) occupait», confie un de ses proches.

 

Les médecins avaient peur

 
Mais la famille du patient se dit beaucoup plus choquée par l’attitude du personnel soignant de l’hôpital du Nord que par la visite des inspecteurs à leur domicile. «Une fois qu’il a été examiné par un médecin, il a été isolé, sans aucune explication. Les médecins sont restés loin de lui et on voyait bien qu’ils avaient peur», raconte un autre proche.
 
Intervenant sur une radio privée, hier, le ministre de la Santé, Lormus Bundhoo, a affiché la sérénité, affirmant qu’il fallait attendre les résultats des tests afin de savoir ce dont souffre le patient. Quant à la radiotélévision nationale, le cas n’a même pas été évoqué lors du journal télévisé de 19 h 30. L’express recevait même des appels de Mauriciens inquiets qui souhaitaient connaître les résultats des tests.
 
Outre la mise en vigueur du protocole visant à endiguer une éventuelle épidémie d’Ebola, le ministère de la Santé a émis un communiqué, hier, déconseillant au public de voyager dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Le ministère cite principalement la Guinée, la Libye, la Sierra Leone, le Nigeria, le Sénégal et la République démocratique du Congo.
 
Entre-temps, la vigilance reste de mise tant à l’aéroport qu’au port. Les personnes revenant des pays à risque sont soumises à un suivi strict par les inspecteurs sanitaires.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires