Ligue des champions - Berbatov (Monaco), retour gagnant en Ligue des champions

Avec le soutien de

L'attaquant monégasque, Dimitar Berbatov, 33 ans, a retrouvé avec succès, mardi soir, face à son ancien club Leverkusen (1-0), la Ligue des champions, compétition où il n'a pourtant pas souvent brillé, notamment lorsqu'il évoluait à Manchester United.
 
Si, avant la rencontre, l'avant-centre bulgare pouvait revendiquer 13 buts en 51 matches dans la principale compétition européenne, sa dernière réussite remontait tout de même au 22 novembre 2011, à Old Trafford contre Benfica (2-2). Et surtout, le Bulgare avait déjà vécu quelques rendez-vous manqués avec la C1, comme la finale de 2011, à laquelle Alex Fergusson ne le convia même pas.
 
Salué, dès l'échauffement, par la centaine de supporteurs de Leverkusen, où il a laissé un excellent souvenir durant cinq ans (de 2001 à 2006, il y disputa 154 matches de Bundesliga pour 68 buts), Berbatov se remettait rapidement dans la préparation de sa rencontre, en travaillant ses gammes avec Ricardo Carvalho.
 
Les deux anciens (133 matches de C1 à eux-deux) savaient qu'ils auraient, dans les minutes suivantes, un rôle essentiel pour aider leurs jeunes partenaires à bien négocier le retour du club en C1.
 
"Il est conscient que l'équipe, cette saison, a encore plus besoin de lui, explique son capitaine Jérémy Toulalan. Pas uniquement sur le terrain, mais aussi au niveau de la communication. C'est ce qu'il fait, de plus en plus, et bien. Parce qu'il sent le foot, qu'il l'aime vraiment, et qu'il est intelligent."
 
Pourtant, Berbatov dit qu'un leader se définit avant tout parce qu'il montre sur le terrain. "Le foot est un jeu simple, qui se joue à une ou deux touches de balle, sourit-il. Depuis quinze ans, on me demande plus ou moins toujours la même chose."

 

- Un caviar pour Moutinho -

 
Marquer et faire marquer, voilà surtout ce qu'on lui demande. Spécialement depuis les départs conjugués de Falcao, Rivière et Rodriguez cet été.
 
Auteur de 7 buts lors de ses 11 derniers matches de L1 avec Monaco, le Bulgare répond aux attentes à ce niveau. Mais en Ligue des champions, l'intensité n'est plus la même. Au cours d'une première période compliquée, il était signalé deux fois en position de hors-jeu. Mais jamais en position de frappe, comme personne de son équipe, d'ailleurs.
 
Dominés, les Monégasques subissaient. Berbatov devait défendre. Sur un coup de pied arrêté, il se faisait devancer par Toprak, son habituel garde du corps.
 
Mais Berbatov est "un joueur de caractère, avec un gros mental", dit encore Toulalan. A l'heure de jeu sur la seule opportunité que Monaco parvenait à se créer, il sortait de son marquage en ralentissant sa course. Puis, de la tête, servait magistralement Moutinho, venu de derrière pour ouvrir la marque (61).
 
L'essentiel était réalisé. Par la suite, l'élégant bulgare pouvait demander à ses partenaires de se calmer (81). Et tenter d'orchestrer quelques contres.
 
Même si Ferreira-Carrasco l'oubliait (82), il pouvait sourire en fin de rencontre. "Je souris toujours! Je suis heureux de mon foot, heureux de jouer! Je me sens bien", disait-il après le nul contre Lille (1-1) en août dernier. Oui, mais cette fois-ci, il a contribué au retour gagnant de l'AS Monaco sur la scène européenne.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires