Guimbeau: les germes de l’instabilité et de la méfiance au sein du PTr-MMM…

Avec le soutien de
Les partisans du MMSD réunis à Réduit ce dimanche 14 septembre pour fêter le 5e anniversaire du parti.

Les partisans du MMSD se sont réunis à Réduit, ce dimanche 14 septembre, pour fêter le 5e anniversaire du parti. 

Que se passera-t-il si l’un des partis, en l’occurrence le MMM ou le PTr, se retrouve en majorité au Parlement après les élections ? C’est la question que se pose Eric Guimbeau, le leader du Mouvement mauricien social-démocrate (MMSD). Et en évoquant l’alliance entre le PTr-MMM, il a soutenu que celle-ci ne se joue que sur le 60-0. Mais «si pena 60-0, si soit le MMM ou le PTr gagn majorite, germe instabilite ek mefians pour régner», met-il en garde.

Le leader du MMSD était à Réduit, ce dimanche 14 septembre, pour célébrer le cinquième anniversaire du parti. Celui-ci, a-t-il précisé, n’est pas intéressé par une alliance à tout prix. «L’on connaît la position du MMSD sur la justice sociale. Seki dakor  avec nou vision, nou kav discuté», a-t-il simplement fait valoir, sans en dire plus sur les négociations actuelles qui se déroulent entre le MSM, le PMSD et le Muvman Liberater.

Commentant l’alliance entre le PTr et le MMM, il a évoqué une série de scénarios qui pourrait, selon lui, déstabiliser cette alliance : «Si PTr ne remporte pas la majorité des ¾, est-ce que Ramgoolam laissera Paul devenir PM après les élections ?»

Sur la question de la présidence, il souligne le cas de figure suivant : si Ramgoolam n’est pas élu président mais c'est SAJ  qui est est élu ? «Navin Ramgoolam ne sera plus au Parlement, donc SAJ devient président et Paul Bérenger, Premier ministre, devra travailler avec ce dernier. Et SAJ aura-t-il le pouvoir de le révoquer ?»

Outre le volet politique, Eric Guimbeau a principalement mis l’accent sur le programme de son parti dont le slogan est «croire et oser pour une vraie démocratisation». En ce sens, il a expliqué que le cheval de bataille du MMSD est l’application d’une loi sur la misère.  

D'autre part, Eric Guimbeau s’est notamment attaqué au système de Sale by Levy, un système qui, dit-il, est «barbare et qu’il faut abolir». Sur la question de logement, il souligne que l’industrie sucrière a donné 22 arpents au gouvernement lors des dernières élections.«Il faudrait utiliser ces terres pour construire des logements sociaux», avance Eric Guimbeau.

Ce dernier a également tenu à féliciter le gouverneur de la Banque centrale, Rundheersing Bheenick, pour la mise sur pied d’une Task Force pour contrôler les banques. «Il faudrait en faire de même pour les assureurs», propose-t-il.

«Les petits planteurs deviendront comme des dodos» 

Eric Guimbeau a tiré la sonnette d’alarme sur la situation des petits planteurs qui abandonnent leurs champs.  «Si l’on ne prend pas d’actions, ces petits planteurs deviendront comme des dodos», prévient-il. Selon lui, un planteur touche Rs 24 par tonne de bagasse alors que celle-ci est utilisée dans la production énergétique. Il en est de même pour la mélasse en ce qui concerne la production d’éthanol. «Les petits planteurs ne gagnent pas grand-chose. Chacun doit avoir sa part du gâteau. Il faut se mobiliser contre l’injustice», insiste le leader du MMSD.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires