Bheenick: «Les banques en situation de quasi-monopole vont disparaître»

Avec le soutien de

Quelle est votre vision du secteur bancaire pour 2030 ? C’était là le thème d’un Breakfast Forum organisé par le Mauritius Institute of Directors (MIoD) ce jeudi 4 septembre. L’invité d’honneur : le gouverneur de la Banque centrale, Rundheersing Bheenick. D’emblée, ce dernier a indiqué que toute prévision quant à ce que deviendront les banques en 2030 sera certainement à côté de la réalité. Mais une chose est sûre : la banque se fera de plus en plus virtuelle.  
 
«Les banques auront certainement un gros concurrent et c’est la technologie», a fait ressortir le gouverneur de la Banque centrale. Ce sont les technologies de l’information et de la communication (TIC) qui vont diriger les banques, qui ne seront, du reste, plus physiques. «Les transactions bancaires électroniques : c’est le futur de ce secteur», a ajouté Rundheersing Bheenick. 
 
Ce dernier insiste sur le fait que les banques pourraient même ne plus être des banques. «Avec la technologie, il y a, par exemple, des transactions peer to peer, en ligne.» Ce qui lui faire dire que la concurrence sera rude pour les banques existantes, dont la Mauritius Commercial Bank ou encore la State Bank of Mauritius qui, jusqu’ici, se reposent sur leur réputation, bâtie au fil des années, en situation de «quasi-monopole».  
 
> Rundheersing Bheenick évoquant la banque du futur lors du Breakfast Forum du MIoD ce jeudi.
 
De plus en plus, «presque tout le monde sera un banquier. Il ne suffira plus d’avoir une vraie banque physique. Les frontières seront de plus en plus floues entre les institutions bancaires et celles qui ne le sont pas», prévient Rundheersing Bheenick.
 
Pour l’instant, ces banques n’ont pas de véritables concurrents, a-t-il indiqué en insistant sur le fait que cela ne sera plus le cas d’ici quelques années. «Ces banques savent qu’elles n’ont pas de véritables compétiteurs, c’est pour cela qu’elles sont si réfractaires au changement. Ces banquiers sont devenus paresseux et se complaisent dans leur routine avec leurs 3 % et en allant par la suite jouer au golf», a lancé le gouverneur de la Banque centrale, en martelant que tout cela changera avec le catalyseur que sera la technologie.
 

«L’United States of Africa plus proche de la réalité qu’on ne le pense»

 
Dans un contexte plus global, Rundheersing Bheenick a émis l'opinion que l’Afrique pourrait à terme devenir les United States of Africa. Ainsi, tous les pays de la région utiliseraient une même monnaie. «Il se peut bien que ces United of States of Africa soient plus proches de la réalité qu’on ne le pense, avec une seule monnaie africaine. Cela, à partir des initiatives régionales déjà lancées. Nous n’aurons plus de monnaie mauricienne, ce qui fera baisser les coûts des transactions.»
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires